•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des aînés forcés de s'isoler presque chaque fois qu'ils sortent de leur résidence

L'affiche indiquant la résidence, en hiver. On peut y lire : « Résidence pour personnes retraitées : prendre le temps d'être heureux ».

La Villa domaine St-Grégoire est située à Bécancour, au Centre-du-Québec.

Photo : Radio-Canada

Amélie Desmarais

À Bécancour, des personnes âgées qui habitent dans une résidence privée pour aînés (RPA) sont contraintes de rester à leur résidence sans quoi, elles doivent s'isoler pendant au moins sept jours.

Lors du passage de Bécancour en zone rouge, le 10 octobre dernier, la direction leur a interdit d'utiliser leur voiture sans autorisation ou d'aller faire des courses. Ils pouvaient seulement sortir pour des rendez-vous médicaux.

Les mesures ont été quelque peu assouplies le 13 janvier. Les résidents peuvent désormais aussi se rendre à l'épicerie à la pharmacie et à la caisse, mais doivent respecter une période d'isolement de sept jours chaque fois qu'ils le font.

La direction ne force pas les gens à s'isoler s'ils vont à un rendez-vous essentiel, tel qu'un rendez-vous médical, ou s'ils sortent prendre une marche dehors seul ou avec un leur proche aidant, mais dans tous les autres cas, ils doivent s'isoler.

Vous aurez maintenant le droit d’aller au Métro ou à la pharmacie ou encore à la caisse populaire pour les gens qui le désirent, mais il faut bien comprendre que lors de votre retour, vous ne pourrez pas accéder à la salle à manger pour 7 jours, n’avoir aucun contact avec les autres résidents, vous ne pourrez participer à aucune activité. Vous n’aurez pas le droit de circuler dans les passages.

- Extrait du message de la direction de la Villa domaine St-Grégoire sur sa page Facebook le 13 janvier

Plusieurs résidents qui n'ont pas souhaité dévoiler leur identité par crainte de représailles ont confié à Radio-Canada se sentir enfermés et brimés dans leur liberté.

Plusieurs croyaient d'ailleurs qu'il s'agissait des règles sanitaires gouvernementales, or ce n'est pas le cas.

La liberté, on ne l’a pas, on est comme des enfants.

une personne résidant à la Villa domaine St-Grégoire

Je sais bien que la COVID c’est pas drôle, c’est pas drôle pour nous autres non plus. [...] Des fois, on a envie de pleurer, confie une personne qui a accepté de témoigner sous le couvert de l'anonymat.

L'extérieur de la résidence en hiver, avec des abris pour auto dehors.

La Villa domaine St-Grégoire, à Bécancour, regroupe 279 unités de logement et peut accueillir jusqu'à 375 personnes.

Photo : Radio-Canada

Cette villa, située au Centre-du-Québec, peut accueillir jusqu’à 375 résidents dans différents types de logements, comme des appartements, des studios et des chambres. La clientèle de la résidence est composée majoritairement de personnes autonomes ou semi-autonomes.

Des mesures conformes aux directives, selon la direction

Jointe au téléphone, la directrice de la Villa domaine St-Grégoire a décliné notre demande d'entrevue.

Toutefois, Lyne Hébert a précisé que des représentants de la santé publique visitent régulièrement la résidence et que personne ne lui a indiqué que les mesures en place ne sont pas conformes aux directives.

Pourtant, sur le site du gouvernement du Québec, il est écrit que les marches extérieures et les sorties essentielles (par exemple, épicerie, pharmacie ou rendez-vous médical) sont permises.

Il est par ailleurs précisé que les repas en salle à manger ne sont plus autorisés et que les frais de livraison de plateaux ne sont pas permis durant la pandémie de la COVID-19.

Nous avons contacté le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) à ce sujet, mais le service des communications n’a pas encore répondu à notre demande d’entrevue.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, demande aux propriétaires de résidences privées pour aînés (RPA) de faire preuve de jugement.

On n’est pas obligé de se mettre en quarantaine parce qu’on est allé faire l'épicerie, alors je demande aux gens d'utiliser leur bon jugement et de ne surtout pas enfermer les aînés dans les RPA.

Marguerite Blais, ministre québécoise responsable des Aînés et des Proches aidants

Elle rappelle que les aînés en RPA peuvent recevoir la visite de deux proches aidants à tour de rôle et que ceux qui habitent seuls peuvent également rendre visite à une autre personne seule, toujours la même, à l'extérieur de leur résidence. Ils doivent cependant s'isoler à leur retour des autres résidents pendant 7 jours et surveiller leurs symptômes pendant 14 jours.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !