•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « dragon des neiges de la rue Lavigne » prend forme à Caraquet

Le dragon de neige presque achevé.

Un gros dragon est en train de prendre forme, rue Lavigne, à Caraquet.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Le « monstre de la rue Lavigne » commence à faire jaser dans la région de Caraquet. Il s'agit du plus récent coup d'éclat du sculpteur de neige Jean Pascal Brideau.

Il est poussé dans sa folie créatrice par Guy Haché, un résident de la rue Lavigne qui est revenu dans son coin de pays depuis deux ans après ce qu'il appelle « un exil » à l'extérieur de la province qui a duré 20 ans.

Guy Haché

Guy Haché, fier de son coup, affiche un large sourire

Photo : Radio-Canada / René Landry

Il a croisé Jean Pascal Brideau dans un café où il travaille et leurs idées ont vite fait des flammèches.

Je suis allé voir Jean Pascal au Grains de folies et je lui ai expliqué que j'avais envie de faire un homard géant, raconte-t-il. En continuant de desservir les tables, il m'a dit qu'il avait un projet de fou. Je ne savais pas ce qu'il avait en tête. Il m'a dit qu'il voulait faire un dragon de 40 pieds.

C'est possible en tant de pandémie d'avoir du plaisir à l'extérieur avec nos voisins.

Une citation de :Guy Haché, résident de Caraquet
Un gros dragon

Un gros dragon est en train de prendre forme, rue Lavigne, à Caraquet.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Guy Haché, propriétaire d'un grand terrain déboisé en bordure de la rue Lavigne, a proposé ce lieu pour permettre à la grande structure de neige de prendre forme.

Dragon des neiges

Ce dragon des neiges est devenu l'affaire de tout le voisinage.

Photo : Radio-Canada / René Landry

J'avais envie de faire un projet communautaire et de permettre au voisinage de mieux se connaître, de tisser des liens, explique-t-il. Toutes les personnes qui sont venues donner un coup de main, je ne les connaissais pas. J'ai fait le tour du voisinage la semaine dernière pour expliquer le projet. Une vingtaine de personnes ont décidé d'embarquer.

C'est de mettre de la joie dans les cœurs et des sourires derrière les masques.

Une citation de :Guy Haché, résident de Caraquet

Une grosse carcasse

Jean Pascal Brideau indique qu'il s'agit de sa plus grosse sculpture de neige.

Jean Pascal Brideau

Jean Pascal Brideau rêvait de sculpter un dragon. Il ne touche plus terre.

Photo : Radio-Canada / René Landry

C'est quand même une grosse carcasse, constate le sculpteur. La hauteur maximale c'est environ 14 pieds, mais ça va rapetisser à une douzaine de pieds parce qu'il faut sculpter. La longueur, aujourd'hui, c'est 60 pieds.

C'est un méchant monstre à faire.

Une citation de :Jean Pascal Brideau, sculpteur

Conditions idéales

Il estime que les conditions météorologiques sont idéales, ces temps-ci, pour réaliser ce projet.

Cette année, je n'ai pas gelé encore, lance-t-il en riant.

Les températures proches du point de congélation lui permettent de manipuler la neige à sa guise.

Un «dragon des neiges»...

Comme par magie, ce dragon doit «mettre la joie dans les coeurs et le sourire derrière les masques».

Photo : Radio-Canada / René Landry

Puisque les dragons crachent du feu, qu'ils soient mythiques ou de neige, Jean Pascal Brideau n'a pas négligé ce détail.

Il devrait cracher du feu, assure-t-il. Un feu de neige. Ça va lui donner une plus grande longueur encore. Et le dragon va avoir des couleurs : vert, rouge, orange, jaune. Ça va être flamboyant. C'est un rêve de longue date de pouvoir sculpter un dragon. Et ça n'arrête pas de grossir cette bébelle-là. C'est un coup de magie.

On oublie tout ce qui se passe autour. C'est un fun total.

Une citation de :Jean Pascal Brideau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !