•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs des abattoirs veulent se faire vacciner en priorité

Les employés de l'usine de transformation de viande Cargill en train de désosser des morceaux de boeuf.

Les employés de l'usine de transformation de viande Cargill en train de désosser des morceaux de boeuf avant le début de la pandémie. L'usine a été un des foyers d'éclosion les plus importants en Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le président d'un syndicat représentant les employés d’usines de transformation de la viande au pays souhaite que ces derniers soient vaccinés en priorité contre la COVID-19.

Le président de la section locale 401 du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce, Thomas Hesse, dit être bien conscient qu'il y a une pénurie de vaccins en ce moment.

Il souhaite toutefois qu’une fois que les doses seront suffisantes, les travailleurs des grandes usines de Cargill, à High River, et JBS Canada, à Brooks, reçoivent leurs vaccins rapidement.

Dans les mois à venir, à un certain moment, quelqu'un va décider qui se fera vacciner. Qui sera prioritaire? Y aura-t-il une hiérarchisation des travailleurs essentiels?, dit-il.

Deux usines de transformation de la viande situées en Alberta fournissent environ 70 % de l'approvisionnement en bœuf du Canada. Elles ont été des foyers importants d’éclosion de la COVID-19 au printemps.

L'usine de Cargill, au sud de Calgary, a fermé ses portes pendant deux semaines en avril en raison d'une éclosion durant laquelle près de la moitié des 2200 travailleurs ont contracté la COVID-19 et 2 employés sont décédés.

La COVID-19 a aussi contraint l’usine JBS à réduire sa production à un seul quart de travail par jour pendant un mois, ce qui a créé un retard dans les abattages.

Les usines ont mis en place des mesures sanitaires comme des tests de température, de distanciation physique, de nettoyage et de désinfection avant de reprendre leurs activités normales.

Risque continu

Pourtant, estime Thomas Hesse, les employés qui y travaillent sont toujours en danger.

Thomas Hesse en entrevue.

Le président de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, Thomas Hesse, estime que le gouvernement albertain n'a pas protégé les travailleurs des abattoirs de Cargill et de JBS.

Photo : Radio-Canada

À Cargill ou JBS ou toute autre usine de transformation en Alberta, il reste que plusieurs milliers de travailleurs se retrouvent encore ensemble dans un endroit intérieur et travaillent à proximité les uns des autres, explique-t-il.

Ce sont des travailleurs essentiels. Ils courent un risque plus élevé. Selon nous, les risques d’attraper la maladie sont clairement liés à leur occupation professionnelle. De nombreux travailleurs souhaitent avoir accès à un vaccin sûr.

Une citation de :Thomas Hesse, Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation

Il ajoute que le syndicat prévoit de tenir une assemblée avec les travailleurs dimanche pour entendre le point de vue des membres et pour les informer de la possibilité que la vaccination devienne obligatoire pour travailler.

JBS offrira 100 $ aux employés qui se font vacciner

Un responsable de Cargill, Daniel Sullivan, a indiqué que l'entreprise travaille avec les autorités sanitaires et des experts médicaux pour s'assurer que ses employés aient accès aux vaccins lorsque ceux-ci deviendront disponibles.

Nous allons donner la priorité à nos travailleurs de première ligne chaque fois que nous le pourrons, car ils vont continuer de travailler sans relâche pour maintenir la solidité de notre chaîne alimentaire, a-t-il indiqué dans un courriel. Nous allons aussi nous joindre aux autorités sanitaires locales pour promouvoir l'importance de la vaccination auprès de nos employés.

La succursale américaine de JBS a annoncé qu'elle offrirait à tous ses employés une prime de 100 $, notamment aux travailleurs de Brooks, s'ils se font vacciner quand cela sera possible.

Notre objectif est d'éliminer tous les obstacles à la vaccination et d'inciter les membres de notre équipe à se protéger eux-mêmes, et à protéger leurs familles et leurs collègues, a déclaré Andre Nogueira, le président-directeur général de JBS aux États-Unis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !