•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba doit distribuer plus de vaccins en région, disent des experts

Brian Pallister, debout, en discussion avec des employées du Centre des congrès.

Le 1er janvier, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a visité le Centre des congrès RBC, qui accueille le premier grand centre de vaccination contre la COVID-19 au Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

La province devrait distribuer plus de vaccins dans les régions pour augmenter le nombre de personnes vaccinées contre la COVID-19, affirment des experts en vaccination et en logistique.

Le personnel de santé a administré 56 % des doses reçues, notamment dans deux supercliniques. La province compte ouvrir une troisième clinique à Thompson et deux autres petites cliniques dans le nord. Le Manitoba veut aussi ouvrir de petites cliniques dans les communautés éloignées pour vacciner toute la population adulte.

L'expert de chaînes d’approvisionnement en vaccins et professeur à la Sauder School of Business de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), Mahesh Nagarajan, appuie l'idée d'ouvrir plus de cliniques et suggère aussi une décentralisation de la campagne de vaccination.

Des experts en distribution de vaccins notent les avantages et inconvénients de la centralisation et de la décentralisation pour l'inoculation des doses. Selon eux, la quantité de vaccins distribués et reçus au pays est insuffisante pour juger de l’efficacité des campagnes de vaccination dans les différentes provinces.

La Saskatchewan a administré des vaccins dans 10 zones différentes, où se trouvent plus de 50  communautés.

Le 26 janvier, la Saskatchewan a inoculé 100 % de toutes ses doses allouées par le gouvernement fédéral.

La Colombie-Britannique prévoit l’ouverture de cliniques de vaccination dans 172 communautés d’ici le mois de mars. Le personnel de santé a inoculé 80 % des doses offertes.

Avantages et inconvénients

Il est logique d’opter pour le système de centralisation si la densité de la population pour un endroit est élevée, explique Mahesh Nagarajan.

Un système de distribution décentralisé a l’avantage d’être rapide.

L’Ontario a choisi cette stratégie pour miser sur les communautés éloignées dans les régions. Le personnel de santé de cette province a administré 72 % de toutes les doses reçues.

Expertise régionale

Les régions sanitaires plus éloignées ne contrôlent pas le nombre de doses reçues. Toutefois, elles peuvent prendre des décisions ciblées pour la situation des cliniques, le recrutement d’employés et la priorité des personnes vaccinées.

Les bureaux de santé publique locaux ont une meilleure compréhension des infrastructures disponibles et du soutien dont ils disposent, affirme l’épidémiologiste et experte en maladies infectieuses à l’Institut des sciences évaluatives cliniques de l’Université de Toronto Maria Sundaram.

Le professeur en santé communautaire de l’Université du Manitoba James Blanchard croit aussi que les stratégies de centralisation et de décentralisation ont toutes les deux des avantages et des inconvénients. Selon lui, l'important est de savoir comment ces stratégies sont gérées.

M. Blanchard recommande au Manitoba de faire appel à des services extérieurs du système de santé publique pour obtenir de l'aide.

Une campagne de vaccination de cette ampleur est sans précédent. Cela nécessite une planification détaillée, et c'est complexe. Il faut y accorder une attention et une expertise particulières.

James Blanchard, professeur en santé communautaire de l’Université du Manitoba

Le groupe de travail de vaccination du Manitoba a rendu public, mercredi, son plan de vaccination de la populartion générale, qui commencera en mars.

Selon les informations de Cameron MacLean

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !