•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes âgées seront les premières à être vaccinées au Manitoba

Le Manitoba a dévoilé quand et comment il vaccinera la population générale.

Une travailleuse administre le vaccin à Sherry Plett qui est de dos.

Le Manitoba précise comment il entend vacciner la population générale, après que les catégories de personnes prioritaires l'auront été.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Après les travailleurs de la santé et les résidents des foyers de soins de longue durée, les aînés autonomes de 95 ans et plus pourraient être les premiers à être vaccinés dès le mois de mars contre la COVID-19.

La ministre de la Santé Heather Stefanson et la Dre Joss Reimer, qui est membre du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, ont dévoilé, mercredi, comment la province entend mener la vaccination de la population au cours des prochains mois.

Lors d’une présentation technique réservée aux journalistes qui a eu lieu plus tôt dans la journée, Joss Reimer, qui est aussi la médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés, a expliqué l’ordre de priorisation selon lequel la population manitobaine en général sera vaccinée.

Selon les documents de la province (en anglais) (Nouvelle fenêtre), le Manitoba a choisi une approche par âge en commençant par les personnes les plus âgées et en descendant, une année à la fois, vers les personnes plus jeunes.

Ainsi, si le Manitoba recevait toutes les doses de vaccins sans retard, la vaccination des personnes âgées de 80 ans et plus pourrait commencer au mois de mars, a déclaré Joss Reimer en conférence de presse.

Néanmoins, les documents fournis par la province tablent plus sur un début de vaccination des aînés en avril. La vaccination se fait en fonction de l'arrivée des vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna, donc les choses peuvent évoluer, a-t-elle fait valoir.

Tout le monde pourrait être vacciné d’ici le mois d’août

Le Manitoba a présenté deux scénarios qui reposent sur le nombre de vaccins que recevra la province. Dans le meilleur des cas, le début de la vaccination de la dernière tranche d’âge, soit les 18-29 ans, pourrait commencer d’ici la fin du mois d’août.

Un tableau montrant les prévisions du gouvernement du Manitoba concernant la vaccination de la population.

Les prévisions du gouvernement du Manitoba concernant la vaccination de la population de la province selon l'âge.

Photo : Radio-Canada / Colin Roch

Ce scénario suppose cependant que 70 % des personnes des groupes admissibles se fassent vacciner et que 700 000 doses de vaccin actuellement non approuvé arrivent au troisième trimestre.

Si le Manitoba reçoit moins de doses de vaccins, la vaccination des 18-29 ans pourrait alors commencer vers le mois d’octobre.

Un tableau montrant les prévisions du gouvernement du Manitoba concernant la vaccination de la population.

Les prévisions du gouvernement du Manitoba concernant la vaccination de la population de la province selon l'âge.

Photo : Radio-Canada / Colin Roch

Aucun détail n’est donné concernant des tranches d’âges plus jeunes parce que le vaccin de Moderna est approuvé pour les personnes âgées d’au moins 18 ans, tandis que celui de Pfizer-BioNTech l’est pour les jeunes de 16 ans et plus.

Par ailleurs, les prochains groupes qui seront éligibles au vaccin contre la COVID-19 comprennent tous les personnels de santé qui n'étaient pas inclus dans le déploiement initial, ainsi que le personnel et les résidents de tous les milieux de vie collectifs, y compris les prisons et les refuges pour sans-abri.

Ces personnes devraient commencer à être vaccinées au plus tôt au début du mois d’avril, selon la quantité de vaccins disponibles. Néanmoins, des équipes de vaccination ciblée pourraient se rendre dans ces lieux dès la première semaine de février, a déclaré Joss Reimer.

Une fois que nous aurons terminé les foyers de soins personnels, nous voulons que ces équipes restent actives et atteignent les milieux à haut risque le plus rapidement possible. Donc, nous enverrons des équipes dans certains de ces environnements de rassemblement à haut risque en février.

Pas de détail sur d’autres groupes prioritaires

Aucun détail n’a été évoqué concernant la possibilité que des groupes, comme les enseignants par exemple, aient accès de façon prioritaire au vaccin. La Dre Reimer a simplement affirmé que des consultations avec des représentants auront lieu au cours des prochains mois avant qu’une décision ne soit prise.

Nous souhaitons procéder à une consultation des parties prenantes et à une analyse plus approfondie de la sécurité et de la santé au travail et des facteurs épidémiologiques avant de décider quels groupes seront inclus. Certes, tous les travailleurs essentiels seraient éligibles en fonction de leur âge, a déclaré Joss Reimer.

De plus, le plan de la province prévoit le déploiement de nouveaux centres régionaux de vaccination. Après ceux de Flin Flon et Le Pas, qui doivent être ouverts au cours de la semaine du 8 février, deux autres centres devraient ouvrir leurs portes en mars, dans les régions d’Entre-les-Lacs et de l’Est et de Santé Sud. La province vise une ouverture le 1er mars, mais la date pourrait fluctuer dépendamment des réserves de vaccin disponibles.

Un calculateur pour savoir quand on sera vacciné

À noter aussi que la province n’a pas révélé de plan spécifique pour les personnes ayant un système immunodéprimé ou qui ont des maladies chroniques et qui ne vivent pas dans un établissement.

Nous avons examiné un certain nombre d'études à travers le monde et avons constaté que l'âge est en fait le meilleur prédicteur de conséquences graves dans l'ensemble et a tendance à inclure la majorité des personnes qui ont plusieurs problèmes de santé importants, a justifié Joss Reimer.

La province compte aussi lancer un calculateur en ligne permettant aux Manitobains d’avoir une estimation quant à la période où ils pourraient être vaccinés.

L’opposition aimerait plus de détails

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Wab Kinew, a salué une étape importante et a souligné que ce plan constituait un soulagement collectif.

Le chef de l’opposition officielle est plutôt en accord avec le plan provincial, mais il aurait aimé voir plus de détails concernant les personnes nouvellement admises dans des foyers de soins.

Il pense aussi que le gouvernement devrait envisager de vacciner les aidants qui ont accès aux foyers de soins.

Wab Kinew compte tout de même maintenir la pression et continuer d’exiger que le gouvernement soit plus ouvert, plus transparent et qu’il continue de publier ce genre de détails parce que tous les Manitobains veulent voir la campagne de vaccination réussir.

Ce plan n’est pas parfait, a fustigé, pour sa part, le chef du Parti libéral, Dougald Lamont.

Je ne comprends pas pourquoi ils disaient vouloir attendre pour avoir un plan parfait parce que, clairement, il ne l’est pas, a-t-il poursuivi.

Dougald Lamont reproche deux choses au gouvernement : tout d’abord, le chef libéral estime que les progressistes-conservateurs oublient les Métis et les Premières Nations. Il devrait y avoir un plan plus large pour vacciner les Autochtones, a-t-il fait valoir.

Il regrette ensuite le fait que le plan ne prenne pas en compte spécifiquement les personnes immunodéprimées ou qui ont des maladies chroniques.

La liste est basée en grande partie sur le type de lieu de travail et l'âge des personnes. Mais il y a des personnes dans la quarantaine et la cinquantaine qui sont tout aussi vulnérables que des septuagénaires ou des octogénaires. Il faut donc également en faire une priorité , a estimé M. Lamont.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !