•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants du primaire et du secondaire envisagent une grève

Une femme est assise à un bureau, la tête entre les mains.

Les enseignants sont nombreux à vivre beaucoup de stress et d'anxiété au travail durant la pandémie (archives).

Photo : getty images/istockphoto

Les différents syndicats de l'enseignement du Québec ont jusqu'à vendredi pour statuer sur un mandat de grève de cinq jours dans les écoles primaires et secondaires. Les syndiqués sont sans contrat de travail depuis bientôt un an.

Lundi soir, 77 % des syndiqués du Centre de services scolaire (CSS) des Monts-et-Marées ont accordé ce mandat de grève à l'exécutif du syndicat.

Plus à l'ouest, 50 % des membres du CSS des Phares ont voté en faveur d'une éventuelle grève de cinq jours.

Le président du Syndicat de l'enseignement de la région de la Mitis, qui représente les syndiqués des CSS des Phares et des Monts-et-Marées, Jean-Francois Gaumond, estime que les négociations piétinent avec le gouvernement et que ce qui se passe sur le terrain est inacceptable.

Selon lui, il n'y a pas que dans le domaine de la santé où il y a du délestage.

Quand on est rendu à devoir choisir entre deux élèves pour avoir accès à un service d'orthophonie, moi j'appelle ça du délestage.

Une citation de :Jean-François Gaumond, président du Syndicat de l'enseignement de la Mitis

De leur côté, les membres du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage ont rejeté la proposition mardi. Quelque 470 des 1150 travailleurs représentés par ce syndicat ont voté.

Ils ont tout de même accepté de se joindre aux moyens de pression provinciaux qui seront chapeautés par la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ). Ce syndicat regroupe le personnel enseignant du CSS de Kamouraska–Rivière-du-Loup et du CSS du Fleuve-et-des-Lacs.

La présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage, Natacha Blanchet, confirme que la pandémie est venue exacerber les difficultés rencontrées par le personnel des écoles.

Nous avons beaucoup d'élèves en difficulté, les classes sont de plus en plus grosses et les enseignants du Québec sont les moins bien payés au pays.

Une citation de :Natacha Blanchet, présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage
La présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage Natacha Blanchet.

La présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage, Natacha Blanchet

Photo : Courtoisie : Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage

Au cours des prochaines semaines, l'exécutif provincial de la FSE déterminera quels moyens de pression seront pris au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !