•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regina entendra 22 groupes sur la motion de commandites d’entreprises d’énergies fossiles

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
p1120757

hotel de ville regina hiver exterieur

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Le conseil municipal de Regina entendra mercredi 22 délégations qui se prononceront sur la motion visant à restreindre des partenariats, comme des commandites et des dénominations de lieux municipaux, entre la Ville et les entreprises d’énergies fossiles.

La motion sera discutée et des modifications pourraient y être apportées mercredi après-midi, lors d’une réunion du conseil municipal, afin de déterminer si les producteurs de combustibles fossiles peuvent continuer à commanditer des événements municipaux ou faire de la publicité sur les bâtiments appartenant à la Ville.

Selon un rapport de l’administration municipale, la Ville estime que ces commandites lui rapporteraient de 100 000 à 250 000 $ en revenus nets annuels.

Vingt-deux groupes constitués de délégués et de particuliers ont demandé à parler au conseil municipal au sujet de la motion, notamment Pam Skotnitsky, de Federated Co-operatives Limited (qui exploite la raffinerie Co-op de Regina), Shobna Radons, du Conseil du travail de Regina et du district, Tim McMillan, de l’Association canadienne des producteurs pétroliers, et Valerie Sluth, des Jeux d’hiver de la Saskatchewan.

Lors d’une réunion du conseil exécutif de la Ville, mercredi dernier, les conseillers municipaux ont adopté la motion par 7 voix contre 4. La motion n’est pas en vigueur pour le moment, puisque le conseil municipal de Regina doit l’approuver.

Une proposition controversée qui divise

Une majorité des conseillers municipaux se sont prononcés pour la motion la semaine dernière, mais les jours qui ont suivi la rencontre du conseil exécutif ont laissé place à un revirement de situation.

Quatre des sept conseillers municipaux ayant voté pour la restriction ont annoncé au cours des derniers jours qu’ils envisageaient de retirer leur appui à la motion lors de la réunion du conseil municipal de mercredi.

C’est, entre autres, le cas du conseiller municipal du quartier 6, Daniel LeBlanc, qui est à l'origine de la motion présentée la semaine dernière.

Sur sa page Facebook, Daniel LeBlanc a expliqué que, selon lui, sa proposition n'a pas réussi à atteindre un juste milieu entre en faire plus pour l'environnement, mais sans en faire trop, trop rapidement.

En entrevue lundi, M. LeBlanc a affirmé : Il me semble qu’il ne vaut pas la peine [...] d’appuyer une motion qui n’était pas susceptible de réussir, compte tenu de ce que j’ai vu sur Facebook et qui divise autant la collectivité.

Avec les informations de Heidi Atter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !