•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cette équipe est bâtie pour gagner » : Springer ravi de rejoindre les Blue Jays

George Springer donne la main à ses coéquipiers en file après une victoire.

George Springer (à droite) a fait sa marque avec les Astros de Houston.

Photo : Associated Press / Gregory Bull

La nouvelle acquisition des Blue Jays, George Springer, ne tarit pas d'éloges à l'endroit de sa nouvelle formation.

L'Américain de 31 ans, l'un des joueurs les plus convoités sur le marché des joueurs autonomes cet hiver, a conclu un pacte de six ans pour 150 millions avec l'équipe de la Ville Reine. Et, à l'entendre, les Jays ne tarderont pas à connaître du succès en raison des jeunes vedettes sur lesquelles ils misent. C'est en partie ce qui l'a convaincu de se joindre à l'équipe.

Le jeune noyau est très, très impressionnant – (Bo) Bichette, (Cavan) Biggio, (Vladimir) Guerrero, (Lourdes) Gurriel, etc –, mais aussi la façon dont la direction a soutenu ses joueurs, les messages qui montrent qu'ils croient vraiment en cette équipe. C'est très important pour moi.

Cette équipe est bâtie pour gagner. Elle est prête, a-t-il ajouté.

Ils sont très, très ambitieux. Ils veulent travailler fort. C'est génial de voir ça!

George Springer
Un joueur de baseball célèbre la victoire de son équipe avec ses coéquipiers.

Les Blue Jays ont pris part aux séries éliminatoires pour la première fois en cinq ans l'été dernier.

Photo : Associated Press / Adrian Kraus

Springer a d'ailleurs comparé sa nouvelle formation aux Astros de Houston, avec lesquels il a passé les sept premières saisons de sa carrière et remporté la Série mondiale en 2017. Il a notamment cité les noms de José Altuve, Alex Bregman et Carlos Correa, trois des meilleurs joueurs du baseball majeur avec lesquels il a fait sa marque dans le Sud des États-Unis.

Cette fois, l'Américain de 31 ans est conscient que son rôle sera quelque peu différent puisqu'il intégrera un vestiaire beaucoup plus jeune. Je ferai de mon mieux pour servir de mentor, a-t-il avoué candidement.

Gonflé à bloc

George Springer sourit à pleines dents lors d'une visioconférence.

George Springer a enfilé le maillot des Blue Jays pour la première fois devant les médias.

Photo : Capture d'écran : Zoom/Blue Jays

Historiquement, les équipes sportives professionnelles de Toronto ont éprouvé des difficultés à attirer des vedettes américaines au nord de la frontière. Springer, lui, dit qu'il ne s'est pas arrêté une seconde pour réfléchir aux enjeux logistiques liés au fait de déménager au Canada. Son enthousiasme perçait l'écran, mercredi matin.

Je veux gagner. Je veux que l'équipe gagne. Je suis prêt à faire tout ce qu'il faudra en ce qui me concerne pour que cela se produise, a-t-il lancé. On entend parler de la question des voyages, mais honnêtement, ça ne m'a pas dérangé du tout.

Le voltigeur a d'ailleurs toujours gardé de bons souvenirs de ses passages au Centre Rogers, domicile des Jays.

L'atmosphère était électrique, a-t-il dit. Il se souvient aussi des nombreux partisans de l'équipe dans l'Ouest canadien qui s'étaient déplacés à Seattle pour y voir un match contre les Mariners. Ça montre à quel point la base partisane est impressionnante en réalité.

Après avoir disputé la majorité de leurs matchs locaux à Buffalo l'an dernier, en raison des restrictions de voyage à la frontière canado-américaine, les Blue Jays ignorent toujours s'ils pourront jouer à Toronto. Cette incertitude en prévision de la saison 2021 n'a pas non plus gêné George Springer dans sa décision.

C'est un sport qui nous demande de nous adapter constamment. On demeure optimiste à l'idée de jouer à Toronto dès que possible, mais ça n'a pas eu le moindre effet [sur ma décision].

Marcus Semien en renfort

Marcus Semien attrape une balle à main nue lors d'un match.

L'arrêt-court Marcus Semien a disputé les six dernières saisons avec les Athletics d'Oakland.

Photo : Associated Press / Ashley Landis

Les Blue Jays auraient ajouté les services d'un autre joueur de haut calibre par l'entremise du marché des joueurs autonomes, mardi. L'arrêt-court Marcus Semien se joindrait à l'équipe torontoise, selon ce qu'a rapporté en premier MLB Network.

L'entente serait d'un an seulement. Elle est évaluée à 18 millions de dollars américains. Le tout serait toutefois conditionnel à la réussite de tests physiques et médicaux. L'équipe n'a pas voulu confirmer la nouvelle, mercredi.

Semien deviendrait le quatrième joueur autonome à se joindre aux Torontois cet hiver, après Springer et les lanceurs Kirby Yates et Tyler Chatwood. À ce chapitre, le président Mark Shapiro a précisé que l'organisation a accompli la majorité de ce qu'elle comptait faire en ce qui a trait aux joueurs autonomes cet hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !