•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le confinement de Gabriela Dabrowski avant les Internationaux d'Australie

Une jeune femme fait une grimace en frappant la balle pendant un match de tennis double mixte.

Gabriela Dabrowski frappe une balle dans un match de double mixte avec son partenaire Mate Pavic.

Photo : Associated Press / Dita Alangkara

Les images et les photos qui circulent depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux ont frappé l’imaginaire. Les plus grandes vedettes de tennis au monde, confinées dans leur chambre d’hôtel, à Melbourne, trouvent toutes sortes de façon de s’entraîner avec les moyens du bord.

Ils frappent la balle sur leur matelas, lancent des balles d’entraînement sur les murs ou courent de longues distances dans un petit espace de 15 m² (environ 160 pieds carrés).

La joueuse d’Ottawa Gabriela Dabrowski est aux premières loges pour assister à ce spectacle étonnant. Elle complètera d’ici deux jours sa propre quarantaine forcée avant de participer aux Internationaux d’Australie.

Vous entendez ce boum, boum? Quelqu’un frappe la balle sur sa fenêtre. Un autre la lance probablement sur son matelas. On entend parfois des ballons d’entraînement frapper le mur. Qui sait ce qui se passe entre ces murs, raconte Dabrowski, alors qu’on entend des bruits diffus pendant son entrevue.

Gabriela Dabrowski parle à son entraîneur lors d'un match à Adélaïde en Australie.
(Photo by BRENTON EDWARDS/AFP via Getty Images)

Gabriela Dabrowski parle à son entraîneur lors d'un match à Adélaïde en Australie.

Photo : afp via getty images / BRENTON EDWARDS

Je ne fais rien de tout ça. Je préfère les poids, le vélo stationnaire et le matelas de yoga. Mais je comprends les athlètes qui s’entraînent ainsi. Des fois, simplement croire que quelque chose va faire une différence en fait une.

Gabriela Dabrowski, joueuse de tennis

Plus de 70 athlètes sont forcés au confinement total dans leur chambre d’hôtel en raison de cas de COVID-19 répertoriés sur leur vol vers l’Australie. Les responsables du tournoi du grand chelem ont mis en place des entraînements spécialisés pour servir ces athlètes de haut niveau.

Nous avons des cours de spinning, des classes de yoga et des sessions de fitness. Les dirigeants du tournoi font beaucoup d’efforts pour nous permettre de rester dans une forme optimale, mentionne Dabrowski.

Ce qui n’empêche pas l’athlète de 28 ans de s’inquiéter des risques de blessures quand le tournoi va prendre son envol le 8 février prochain.

C’est plutôt rare que des athlètes d’élite ne jouent pas du tout pendant deux semaines. Je sais qu’on sera prêts mentalement et motivés. Mais est-ce que nos corps vont nous laisser faire ce qu’on veut faire?, s’interroge Dabrowski.

La victoire, toujours l'objectif ultime

La spécialiste du double a remporté le tournoi mixte en 2018. Malgré tous les défis qui s’ajoutent cette année, elle visera encore le titre.

Même dans cette situation, c’est le but de tout le monde de gagner! Je devrai toutefois accepter que mes performances habituelles ne soient pas au rendez-vous, dit la joueuse, qui souhaite que les athlètes reprennent l’action doucement à leur sortie de confinement.

Deux joueurs de tennis, un homme et une femme, embrassent un immense trophée sur un terrain. On voit en lettres géantes le nom Melbourne.

Gabriela Dabrowski embrasse le trophée qu'elle a remporté avec son partenaire Mate Pavic lors des Internationaux d'Australie, en 2018.

Photo : Associated Press / Ng Han Guan

J’irai voir le physio dès que je sors pour être certaine que mon corps est bien aligné. Je dois éviter que des raideurs m’empêchent de bouger correctement. Je ne veux pas pousser la machine à fond dès le début.

Gabriela Dabrowski, gagnante de deux tournois du grand chelem

Dabrowski croit aussi que les compétiteurs devront ajuster leur jeu. Il faudra peut-être tenter de raccourcir les échanges, essayer de gagner les points plus vite pour ménager notre corps, réfléchit la première Canadienne à remporter un titre du grand chelem avec sa victoire en mixte à Roland-Garros en 2017.

Gabriela Dabrowski et Yifan Xu à Wimbledon.

Gabriela Dabrowski et Yifan Xu à Wimbledon

Photo : Tennis Canada/Mauricio Paiz

Une chose est certaine, malgré les désagréments du confinement, Dabrowski a bien hâte de vivre l’expérience d’un pays où les cas de COVID-19 sont rares.

Je suis reconnaissante d’être ici. Ça fait dix mois qu’on doit toujours se poser la question à savoir si on interagit avec des gens qui ont la COVID. Ce ne sera pas le cas ici.

Le défi au cours des prochains mois sera mental. Les athlètes devront participer à plusieurs tournois dans des environnements protégés avec d'autres confinements partiels. Mais la joueuse d’Ottawa est prête à tout pour participer aux Jeux olympiques l’été prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !