•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs Premières Nations au Manitoba ont écoulé leurs stocks de vaccins

Une dame inocule le vaccin dans le bras d'une aînée en fauteuil roulant.

Une dame âgée est devenue la première personne vaccinée dans la Première Nation de Peguis après avoir reçu le vaccin de Moderna à la mi-janvier.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Dans les communautés autochtones du Manitoba, les demandes de vaccins contre la COVID-19 sont plus élevées que le nombre de doses disponibles.

Les Premières Nations de Sagkeeng et York Factory, ainsi que les Premières Nations cries de Nisichawayasihk et Pimicikamak, ont déjà utilisé tout leur approvisionnement en vaccins pour les personnes plus à risque.

Nous avons 200 doses de vaccins qui sont arrivées le 7 janvier, affirme le chef de la Première Nation crie de Pimicikamak, David Monias.

Selon lui, environ 2 % des membres de Pimicikamak, à près de 530 km au nord de Winnipeg, ont reçu leur première dose et attendent la deuxième.

L’arrivée des deuxièmes doses est prévue pour le mois de février.

Actuellement, 0,31 % de la population du Manitoba est vaccinée. La moyenne nationale est de 0,3 %, selon des données compilées par CBC.

Être vacciné pour donner l’exemple

Beaucoup de personnes hésitent à être vaccinées.

Dans la Première Nation de Shamattawa, à environ 745 km au nord-est de Winnipeg, l’équipe médicale a inoculé 60 des 110 doses de vaccins disponibles.

La majorité des membres de la communauté ont des inquiétudes concernant la vaccination, selon le chef la Première Nation de Shamattawa, Eric Redhead.

Eric Redhead est assis et a relevé la manche de sa chemise à carreaux. Une dame avec un masque, des lunettes et une visière médicale de protection lui met un collant sur le bras.

Le chef de la Première Nation de Shamattawa, Eric Redhead, a reçu le vaccin et a publié la photo sur Facebook pour rassurer les personnes qui hésitent à se faire vacciner.

Photo : Facebook / Eric Redhead

Le personnel de services de santé dans la communauté a demandé au chef Eric Redhead de se faire vacciner pour rassurer les gens.

Il a accepté et a publié une photo de sa vaccination sur Facebook. Depuis, Eric Redhead note une légère augmentation du nombre de personnes vaccinées.

Je crois que [le vaccin] est sécuritaire. Je crois les scientifiques, les médecins et les chercheurs.

Eric Redhead, chef de la Première Nation de Shamattawa

Dans la Première Nation de Peguis, à environ 40 km au nord de Winnipeg, de plus en plus de personnes se font vacciner, mais certaines sont encore hésitantes.

C’est pourquoi le chef de Peguis, Glenn Hudson, et les conseillers de la Première Nation ont fait la promotion de la clinique de vaccination.

Je sais que des membres de ma famille ont des reproches à faire au sujet du vaccin. Mais quand ils m’ont vu être vacciné et quand l’occasion s’est présentée pour eux, ils ont décidé de se faire vacciner, dit Glenn Hudson.

Le chef de Peguis affirme que l’équipe médicale a inoculé 237 des 270 doses. Toutes les doses seront utilisées mercredi.

Glenn Hudson espère que la Première Nation de Peguis pourra vacciner près de 700 personnes d’ici la fin du mois de février, ce qui représente 15 % de la communauté.

Il a fait une demande auprès de Services aux Autochtones Canada pour ouvrir une clinique de vaccination pour les membres hors de la communauté, soit près de 6000 personnes. La demande n'a pas encore été approuvée.

Selon les informations de Rachel Bergen

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !