•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régime de retraite : l’Association des enseignants poursuivra la province

Le Régime de retraite des enseignants de l’Alberta est évalué à près de 19 milliards de dollars.

Jason Schilling se tient devant une affiche de son syndicat, dans ses bureaux.

Le président de l'Association des enseignants de l'Alberta affirme que l'ATA n'a jamais été consultée.

Photo : Radio-Canada / Jordan Mesiatowski

Radio-Canada

Le syndicat qui représente les enseignants albertains déposera une poursuite contre le gouvernement de l’Alberta pour tenter de faire invalider un arrêté ministériel qui donne à la province un droit de veto sur tout changement à leur régime de retraite.

Le conseil exécutif provincial de l’Association des enseignants de l’Alberta (ATA) a voté à l’unanimité mardi en faveur du dépôt d’une poursuite contre le gouvernement de l’Alberta. Celle-ci est en cours de rédaction par les avocats du syndicat et sera déposée lorsqu’elle sera prête, ajoute l’ATA.

L’ATA tente de faire annuler un arrêté ministériel signé le 23 décembre 2020 par le ministre des Finances, Travis Toews.

Cet arrêté permet au bras financier du gouvernement provincial, qui gère maintenant l’épargne des enseignants, de rejeter toute modification des stratégies de placement proposées par le Régime de retraite des enseignants de l’Alberta.

En novembre 2019, le gouvernement de l’Alberta a adopté un projet de loi omnibus qui transférait notamment la gestion du régime de retraite de milliers de travailleurs du secteur public, dont celui des enseignants, à l'Alberta Investment Management Corporation (AIMCo).

Des syndicats, dont la Fédération des travailleurs de l'Alberta, craignent notamment que le gouvernement provincial n'utilise l’argent des régimes de retraite pour soutenir des entreprises pétrolières en difficulté.

Le Régime de retraite des enseignants de l’Alberta et l'AIMCo tentent de signer une entente encadrant les décisions d’investissement que le Régime peut prendre tout en demeurant sous l'égide du gestionnaire provincial.

L’arrêté ministériel que le syndicat tente de faire invalider lui retire tout pouvoir décisionnel à ce chapitre, affirme le président de l’ATA, Jason Schilling.

Nous n’avons jamais été consultés. [Le Parti conservateur uni] n’a jamais fait campagne là-dessus. Les enseignants étaient très satisfaits de leur régime de retraite avant l’adoption de la nouvelle loi.

Travis Toews se tient devant un podium marqué Calgary chamber.

Le ministre des Finances, Travis Toews.

Photo : Radio-Canada / TIPHANIE ROQUETTE

Travis Toews avait affirmé dans le passé que le conseil d’administration du Régime de retraite des enseignants conserverait le contrôle des décisions d’investissement.

Son attachée de presse, Charlotte Taillon, affirme que l’arrêté ministériel était une mesure temporaire nécessaire en l’absence d’une entente entre l'AIMCo et le régime des enseignants. Elle ajoute que l’arrêté expirera dès qu’un accord sera conclu. 

Le Régime de retraite des enseignants de l’Alberta détient près de 19 milliards de dollars. Près de 83 000 enseignants actifs ou retraités sont touchés par ces changements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !