•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague de dépistage dans cinq écoles de l’Est de Montréal

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux jeunes filles assises à une table avec des infirmières manipulant des trousses de dépistage de la COVID-19.

Le dépistage était en cours mardi à l'école primaire Lambert-Closse. Le reportage de Davide Gentile.

Photo : Radio-Canada

Du personnel infirmier sera déployé toute la semaine dans cinq écoles de l’Est de Montréal, où la transmission communautaire de la COVID-19 est élevée, pour y tester les élèves, les parents et les enseignants. À Laval, quelque 50 000 trousses de dépistage rapide par la salive seront livrées dans toutes les écoles au cours des prochaines semaines.

Le réseau de la santé adopte de nouvelles stratégies pour limiter la propagation du virus.

Comme l’explique la directrice de l'École Lambert-Closse, Josée Fortin, l'objectif est de dépister les asymptomatiques et d'agir en prévention dans le but que les classes demeurent ouvertes.

Une femme portant un masque chirurgical dans un gymnase. Une infirmière en tenue de protection est assise à une table derrière elle avec une trousse de dépistage de la COVID-19.

Josée Fortin, directrice de l'École Lambert-Closse

Photo : Radio-Canada

Lors de notre passage mardi, de nombreux parents et membres du personnel profitaient de l’occasion. Des cliniques de dépistage comme ça, je trouve ça formidable, dit l’enseignant Dominique Hervieux. Je viens me faire tester avec ma fille.

Jusqu’à présent, il fallait se rendre dans une clinique de dépistage avec ou sans rendez-vous pour subir un tel test.

On a ouvert des plages de 8 h à 18 h en se disant que les parents en profiteraient pour se faire dépister, précise Julie Provencher, la directrice du programme jeunesse et des activités de santé publique au CIUSSS de l’Est-de-l'Île-de-Montréal.

Une femme blonde aux cheveux courts porte des lunettes et un masque chirurgical.

Julie Provencher est directrice du programme jeunesse et des activités de santé publique du CIUSSS de l’Est-de-l'Île-de-Montréal.

Photo : Radio-Canada

Pour nous, c'est vraiment une stratégie communautaire, mais à l'intérieur d'une école, dans un quartier où vraiment il y a un niveau de contamination communautaire élevée.

On retrouve dans l’Est de Montréal des taux de cas confirmés supérieurs à 400 par 100 000 habitants.

50 000 tests de salive à Laval

Autre région durement touchée, autre stratégie.

Début décembre, Radio-Canada dévoilait un projet pilote dans trois écoles de Laval où on remettait aux élèves des trousses contenant des tests de salive permettant de diagnostiquer la COVID-19. Les parents n'avaient qu’à ramener la trousse dans un centre de dépistage.

Comme le dévoile la porte-parole du CISSS de Laval, Judith Goudreau, nous ne sommes plus dans un projet pilote, nous allons déployer ces tests à la grandeur des écoles de Laval d’ici avril, incluant les écoles privées et les écoles anglophones.

Au cours des prochains jours, 5000 trousses seront envoyées dans 8 écoles. Environ 50 000 seront distribuées dans toutes les écoles d’ici avril.

Dès qu’il y a un cas confirmé dans une bulle classe, on met la trousse dans le sac d’école de chaque élève, précise Mme Goudreau.

De plus, le CISSS de Laval compte offrir graduellement aux élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaires la possibilité de passer des tests à l’école avant de retourner à la maison lorsqu’il y aura un cas confirmé dans une classe-bulle.

Les milieux de travail et le réseau scolaire représentent 60 % des éclosions actives au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !