•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Froid extrême et COVID-19 : l'équation difficile des organismes d'aide aux sans-abri

Une affiche annonçant les services offerts à la halte-chaleur « Awasiw: A Place of Hope » de Regina, en Saskatchewan.

Les températures glaciales que subit la Saskatchewan depuis quelques jours accroit la popularité des haltes-chaleurs. (archives)

Photo : CBC / Germain Wilson

Vincent H. Turgeon

Le froid extrême en Saskatchewan complique la tâche des organismes venant en aide aux sans-abri. Alors que la COVID-19 avait déjà forcé la mise en place de nouvelles mesures, les températures glaciales ajoutent un défi supplémentaire à leurs activités.

L’organisme Carmichael Outreach, à Regina, fait tout ce qui est possible pour offrir de la nourriture aux plus démunis et un endroit pour se réchauffer par le truchement de la soupe populaire et de la halte-chaleur ouverte en journée et en soirée.

L’un des responsables de l’endroit, Nick Foye, assure que tous les efforts sont faits pour maintenir l’organisme ouvert.

Le défi pour l’organisme est de continuer à servir la clientèle en respectant les restrictions sanitaires.

Lorsque les bénéficiaires arrivent, nous prenons leur température et leur posons des questions, explique Nick Foye. Nous nous assurons qu’ils portent tous leur masque jusqu’à ce qu’ils s'assoient. Ils ne peuvent l’enlever qu’une fois leur café et leur collation servis.

Même défi à la halte-chaleur Awasiw, située sur la 5e Avenue de la capitale.

Une affiche annonçant les mesures sanitaires à la halte-chaleur « Awasiw: A Place of Hope » de Regina, en Saskatchewan.

Le port du masque, le lavage des mains et la distanciation sociale doivent être respectés au centre Awasiw. (archives)

Photo : CBC / Germain Wilson

L'endroit ouvert depuis la fin de décembre seulement est déjà très populaire.

Une popularité accentuée par le froid, ce qui préoccupe la coordinatrice Wanda Rockthunder.

Là aussi, la pandémie impose un maximum de bénéficiaires acceptés simultanément. Un peu plus grand, Awasiw permet à 30 personnes de venir s’y réchauffer, personnel compris.

Avec les informations de Karolina Rozwadowsky et de Nicolas Duny

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !