•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouvrir les commerces, garder un couvre-feu, propose le maire de Rimouski

Une affiche sur laquelle on peut lire « fermé » et « revenez plus tard » dans la porte d'un commerce non identifié.

Certains commerçants sont dans une situation précaire (archives).

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Le maire de Rimouski, Marc Parent, appelle le gouvernement de François Legault à permettre aux commerces non essentiels de l’Est-du-Québec de rouvrir plus tôt que la date prévue du 8 février, tout en maintenant un couvre-feu.

Il a fait écho au cri du cœur des commerçants de l’Est-du-Québec qui ont de la difficulté à comprendre comment ça se fait qu'ils ne peuvent pas recommencer leurs opérations compte tenu de la situation actuelle.

La Gaspésie, le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord n'enregistrent presque plus de cas d’infection par la COVID-19 depuis plusieurs jours.

Peu importe le type de commerce, dit-il, on se rend compte que ces gens-là suivent méticuleusement les recommandations de la santé. Prennent les mesures nécessaires pour s'assurer qu'il n'y a pas de propagation et ces gens-là doivent être encouragés.

La priorité, ce sont nos commerçants qui sont, pour plusieurs, dans une situation extrêmement précaire.

Marc Parent, maire de Rimouski
Marc Parent.

Le maire de Rimouski, Marc Parent (archives)

Photo : Radio-Canada

La réouverture des commerces non essentiels ne mettrait pas en péril, selon lui, la situation sanitaire qui s’améliore dans l’Est-du-Québec depuis la période des Fêtes.

Dans les restaurants, dans les commerces au détail, tout est extrêmement bien encadré, explique-t-il. Là où ça dérape, ce sont dans les rassemblements informels entre amis le soir.

Selon lui, le couvre-feu règle bien cet enjeu : Il envoie un message extrêmement fort.

Advenant une réouverture des restaurants, il croit cependant qu'il serait possible de permettre aux clients de disposer de trente minutes après le paiement de la facture pour retourner chez eux après 20 h.

Mise en place de barrages

Si les autorités de la santé publique autorisent un allègement des restrictions sanitaires dans l’Est-du-Québec, Marc Parent appelle le gouvernement à instaurer un contrôle de l’accès aux régions où les affaires vont recommencer.

Sans ça, il va y avoir une migration des cas, anticipe-t-il, en prenant pour exemple la région des Laurentides, qui a connu un afflux de Montréalais à l’automne dernier après le passage en zone rouge de la métropole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !