•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec doit financer en partie la station du REM à Montréal-Trudeau, selon Anglade

L'aéroport de Montréal.

Qui paiera la station du REM à Montréal-Trudeau?

Photo : Radio-Canada/Charles Contant

Le gouvernement Legault devrait accepter de fournir sa part d'effort financièrement pour aider Aéroports de Montréal (ADM) à financer sa station du Réseau express métropolitain (REM), selon la chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade.

C'est que la pandémie a plombé les revenus d'ADM qui a indiqué en juin dernier qu'il ne lui serait pas possible d'allonger les 600 millions de dollars prévus pour Dorval.

Depuis, Ottawa et Québec se renvoient le problème. Et tout porte à croire que le projet pourrait être mis en veilleuse, comme le rapportait La Presse mardi matin.

Dans sa mise à jour économique du 30 novembre dernier, le fédéral a annoncé la création d'un programme pour aider financièrement les aéroports canadiens. Mais son enveloppe de 500 millions de dollars ne sera pas suffisante pour combler seule le manque à gagner des autorités aéroportuaires de Montréal.

Le gouvernement Legault, de son côté, s'est montré disposé à venir en aide à ADM avant de se retirer brusquement du dossier, en arguant que les aéroports sont des infrastructures de compétence fédérale.

Dominique Anglade en point de presse à l'Assemblée nationale.

Selon Dominique Anglade, le gouvernement Legault doit revenir à la table des négociations avec Ottawa et ADM pour s'assurer que la station Montréal-Trudeau du REM soit construite.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Pour la chef de l'opposition officielle à Québec, Dominique Anglade, la situation actuelle est inacceptable.

Il est invraisemblable pour moi – invraisemblable – qu'on ait un REM qui ne se rende pas jusqu'à l'aéroport, a-t-elle insisté mardi lors d'un point de presse virtuel. Ce serait une aberration que de se retrouver dans cette situation-là. Et oui, le gouvernement du Québec a une responsabilité par rapport à ça, et il faut qu'il soit à la table.

Moi, si j'étais au gouvernement et qu'il fallait que je décide si j'allais de l'avant ou pas, ça ferait partie de mes priorités, a poursuivi la chef libérale. Quitte à payer une partie! Ça fait partie des négociations qu'ils ont à faire. Mais on ne peut pas laisser aller cette situation de cette manière-là.

Le REM, sans arrivée à l'aéroport, ça n'a pas de sens.

Dominique Anglade, chef de l'opposition officielle à Québec

La station Montréal-Trudeau du REM est la seule à ne pas relever du bureau de projet de CDPQ Infra. Le gouvernement Legault ne peut donc pas exiger de la Caisse de dépôt et placement du Québec qu'elle avance les sommes nécessaires à sa construction.

Un croquis détaillant l'intégration de la future gare du REM sous l'aéroport Montréal-Trudeau.

La future station du REM nécessitera d’excaver 1 million de mètres cubes de roc sur 35 mètres de profondeur.

Photo : Aéroports de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !