•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une publication Twitter d’Elon Musk attire des regards vers la Saskatchewan

Elon Musk montre quelque chose du doigt.

Le fondateur de Tesla et de Space X, Elon Musk, a déclaré vouloir donner 100 millions de dollars en prix à la meilleure technologie de capture de carbone. (archives)

Photo : Getty Images / Frederic J. Brown

Un gazouillis du fondateur de Tesla et de Space X, Elon Musk, a attiré les regards d’internautes en direction du sud-est de la Saskatchewan, la semaine dernière, en raison des installations de capture et stockage de carbone (CSC) qui se trouvent dans la région.

Jeudi dernier sur son compte Twitter, l'homme le plus riche du monde a affirmé qu’il accorderait une somme de 100 M$ à la meilleure technologie de capture de carbone et qu’il envisage de donner plus de détails au cours de la semaine du 25 janvier.

En moins d’une semaine, la publication de l’entrepreneur américain a généré des dizaines de milliers de commentaires sur le réseau social.

Parmi ces commentaires, certains ont dirigé l’attention vers les installations de CSC, situées dans l'ancienne centrale d’énergie au charbon Boundary Dam, près d’Estevan, dans le sud-est de la Saskatchewan.

Bâtiment de l'Unité 3 de la centrale au charbon de Boundary Dam à Estevan.

L'Unité 3 de la centrale au charbon de Boundary Dam, à Estevan, est la seule qui expérimente le captage de carbone. (archives)

Photo : Radio-Canada

La centrale de Boundary Dam est devenue la première au monde à avoir réussi l’utilisation de la technologie de CSC, selon la société d’État provinciale SaskPower, qui en est propriétaire.

Appelé à faire des commentaires sur le sujet, un porte-parole de SaskPower affirme par courriel que la société d’État est au courant du gazouillis d’Elon Musk au sujet d’un don en prix pour la technologie de CSC, et de certaines mentions connexes de l’installation de CSC de SaskPower sur les réseaux sociaux.

Cependant, nous ne disposons pas encore de suffisamment de détails sur le don et le prix pour formuler d’autres commentaires. Nous évaluerons d’autres renseignements lorsqu’ils seront disponibles. SaskPower n’a pas eu de nouvelles d’Elon Musk, poursuit-il.

Selon la directrice générale de la Chambre de commerce de Weyburn, Twila Walkeden, ce gazouillis d’Elon Musk et les réponses en lien avec Boundary Dam représentent une source de fierté.

Plusieurs scientifiques à travers le monde qui souhaitaient en savoir plus sur la capture et le stockage de carbone se sont penchés vers le sud-est de la Saskatchewan, souligne-t-elle.

Il est intéressant qu’Elon Musk lance ce défi, parce que je pense que la Saskatchewan est déjà un chef de file mondial [en capture et stockage de carbone], alors nous sommes prêts à célébrer cela.

Twila Walkeden, directrice générale de la Chambre de commerce de Weyburn

Depuis la publication du gazouillis d’Elon Musk et la parution d’un article à ce sujet dans le journal local Discovery Weyburn, Twila Walkeden affirme que la région a reçu beaucoup d’attention médiatique, mais pas encore celle d’Elon Musk lui-même.

Tout ce qu’il faut, c’est le bon gazouillis. Je pense certainement qu’il y a un potentiel. M. Musk a des liens avec la Saskatchewan [...] en particulier à travers sa mère, et je pense donc que nous pourrions attirer son attention. On ne sait jamais, poursuit-elle.

Au moment de publier cet article, Elon Musk n’avait pas encore révélé sur son compte Twitter la technologie gagnante de son prix d’une valeur de 100 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !