•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba impose une quarantaine à tous les voyageurs des autres provinces

Le premier ministre est photographié de près et de face, en train de parler à un micro et en faisant un geste de la main.

Brian Pallister.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a annoncé l’imposition d’une quarantaine obligatoire à tous les voyageurs entrant au Manitoba, y compris pour les personnes venant de l’ouest du pays.

Jusqu’à présent, les voyageurs provenant du nord-ouest de l’Ontario à l’ouest de Terrace Bay, de la Saskatchewan, de l'Alberta, de la Colombie-Britannique, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest n'avaient pas à s’isoler à leur arrivée au Manitoba.

Dorénavant, tous les voyageurs, qu’ils soient originaires du Manitoba ou non et qu’ils voyagent par avion ou par la route, devront s’isoler pendant 14 jours. Cette mesure était déjà en place pour les personnes venant de l’est du pays.

Cette annonce intervient alors même que le Manitoba a enregistré moins de 100 nouveaux cas de COVID-19 mardi.

Les ordonnances sanitaires seront modifiées en conséquence pour intégrer les nouvelles restrictions de voyage, mais le premier ministre n’a pas donné de date précise concernant leur entrée en vigueur.

Un communiqué qui accompagnait la conférence de presse du premier ministre manitobain indique cependant que les ordres sanitaires seront amendés le 29 janvier. Aucune date de fin concernant ces nouvelles restrictions n’est indiquée.

Cette mesure est prise par excès de prudence pour faire face à la réelle menace posée par les différents variants de la COVID-19, a indiqué Brian Pallister.

Il a notamment fait référence à une étude britannique rapportée par The Globe and Mail indiquant que la souche britannique du nouveau coronavirus, baptisée B.1.1.7, est jusqu’à 30 % plus mortelle.

Rectificatif : une version précédente de ce texte indiquait par erreur que la souche britannique est 30 fois plus mortelle.

Des analyses préliminaires montrent, selon l’étude qu’on regarde, que ca variant peut être jusqu’à 70 % plus transmissible et avoir les mêmes conséquences, voire pire, sur la morbidité, la mortalité et les hospitalisations que le virus que nous avons actuellement, a précisé le médecin hygiéniste en chef adjoint du Manitoba, Jazz Atwal, en conférence téléphonique.

On veut prendre de l’avance, on veut essayer de protéger les Manitobains. On veut s'assurer que des choses sont en place pour réduire le risque que ce virus arrive dans la province. Et s’il arrive, on être en mesure d’y répondre rapidement.

Brian Pallister a aussi affirmé que le ralentissement des livraisons de vaccin à venir force le gouvernement à prendre une telle décision.

Des exceptions en vigueur sont maintenues

Le but de ces restrictions est d’éviter l’importation d’autres variants détectés dans d’autres provinces, explique un communiqué accompagnant la conférence de presse de Brian Pallister.

Les nouvelles restrictions n’ont pas pour but d’interdire aux gens qui habitent dans des communautés frontalières de se rendre dans une autre province pour faire leurs épiceries et autres emplettes nécessaires.

Les Manitobains présentement en voyage ont jusqu’à jeudi soir 23h59 pour revenir dans la province sans avoir à s’isoler pendant 14 jours.

De même, les exceptions actuellement en vigueur concernant le personnel médical ou ceux qui voyagent pour du travail essentiel entre les provinces continueront de s’appliquer. Elles visent notamment les transporteurs routiers.

Pallister demande au fédéral un renforcement des restrictions aux frontières

Le premier ministre manitobain a aussi demandé au gouvernement fédéral de mettre en place des restrictions additionnelles pour les voyageurs internationaux entrant au Canada.

Il faut se défendre pas seulement contre la COVID-19 mais aussi contre les variants, a déclaré Brian Pallister, soulignant que plusieurs variants du virus ont été repérés dans une quarantaine de pays différents.

Il y a eu des discussions à ce sujet la semaine dernière avec [Justin Trudeau]. Je veux ajouter la voix du Manitoba à celles des autres premiers ministres qui ont fait part de leur volonté de voir des mesures en place pour assurer que nous avons une vraie protection, a-t-il dit.

Je suis encouragé d’entendre que le gouvernement fédéral pourrait très bientôt agir, a-t-il ajouté.

Une bonne idée, réagit le NPD

Ça semble être une bonne idée, a réagi le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba (NPD), Wab Kinew, concernant l’annonce de Brian Pallister relative aux restrictions de voyage.

Je m’excuse auprès des Manitobains parce que le temps froid d’aujourd’hui vient probablement du fait que le premier ministre et moi-même sommes d’accord, a-t-il plaisanté.

Je pense que ces restrictions provinciales et cet appel au fédéral doivent faire partie de notre stratégie globale de lutte contre la COVID-19, a ajouté Wab Kinew, qui a aussi renouvelé son appel pour que Brian Pallister investisse plus d’argent dans le système de santé manitobain.

Le renforcement des restrictions de voyage est une étape importante et on demande cela depuis le 15 janvier, a rappelé, pour sa part, le chef du Parti libéral, Dougald Lamont.

On a déjà perdu 11 jours et on n'est même pas sûr que la province a commencé à faire des dépistages pour le nouveau variant, a-t-il poursuivi.

Il faut qu’on s’assure de tester les gens pour détecter le nouveau variant si on veut éviter une troisième vague au Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !