•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec entend assouplir les restrictions dans certaines régions

Une main levée devant lui, François Legault parle dans un micro.

Le premier ministre québécois François Legault s'est adressé aux médias en compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Si le Québec continue sur sa lancée en enregistrant de jour en jour moins de nouveaux cas de COVID-19, le gouvernement Legault pourrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions de la province à compter du 8 février prochain.

Ces assouplissements, qui seront annoncés dès la semaine prochaine si la situation se maintient, devraient toutefois varier d’une région à l’autre, a indiqué mardi le premier ministre François Legault.

La grande région métropolitaine de Montréal, qui demeure en tête de liste des régions les plus touchées par le coronavirus, doit s’attendre à ce que des mesures importantes demeurent en vigueur, a-t-il prévenu.

Le premier ministre n'a pas précisé la nature des assouplissements qu'il envisage. La décision va être sanitaire [...] On va y aller selon la recommandation de la santé publique, a-t-il dit.

Il n'est pas prévu pour l'instant de reconsidérer l'application du couvre-feu entre 20 h et 5 h, a-t-il fait savoir.

La semaine dernière, le premier ministre jugeait que le nombre d'hospitalisations demeurait trop élevé pour s'engager à lever les mesures sanitaires le 8 février, date à laquelle il prévoyait initialement mettre fin au couvre-feu. Il n'excluait pas la possibilité de prolonger cette mesure dans les régions les plus touchées par des éclosions.

Il faut être prudent. Ce qu'on veut, d'ici le 8 février, c'est de se donner le maximum de chances. D'abord, [pour] être capables de laisser les hôpitaux respirer.

François Legault, premier ministre du Québec

Encouragé par la baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens dans la province, M. Legault s’est réjoui mardi de voir que la moyenne de nouvelles infections se situait désormais autour de 1500. Plus tôt dans la journée, les autorités sanitaires ont fait état de 1166 nouveaux cas de COVID-19.

Le premier ministre y voit la preuve que les mesures sanitaires mises en place, incluant le couvre-feu, portent fruit.

À ses côtés, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, ont néanmoins apporté un bémol : la situation, bien qu’encourageante, demeure fragile, a souligné ce dernier.

Les efforts de la population ont donné des résultats, certes, mais les hôpitaux sont toujours contraints de faire du délestage pour prioriser la lutte contre la COVID-19, tandis que les travailleurs de la santé sont au bout du rouleau, a rappelé le Dr Arruda.

À Montréal, par exemple, le nombre d’hospitalisations demeure élevé, malgré la baisse enregistrée au cours des derniers jours. Au total, 1040 personnes sont hospitalisées en raison de la COVID-19 dans le Grand Montréal, selon le premier ministre.

S'il espère pouvoir donner son feu vert pour le déconfinement de certaines régions, le Dr Arruda s’inquiète de voir les Québécois baisser la garde. Ça, c’est la chose la plus dangereuse qui nous menace, a-t-il insisté.

Quand on reçoit les doses, on vaccine

Le premier ministre Legault en a profité pour faire part de ses préoccupations au sujet de l'approvisionnement en vaccins, ralenti par la décision de Pfizer de ne pas livrer de nouvelles doses cette semaine.

On est tous inquiets actuellement, a déclaré M. Legault, en parlant de ses homologues provinciaux.

Le ministre Dubé s'est malgré tout félicité de la cadence de la vaccination au Québec : la province aura atteint son objectif de vaccination avec deux semaines d'avance sur son calendrier, et ce, malgré les retards prévus dans la livraison des vaccins.

En date de mardi, 224 879 doses ont été administrées, soit tout près des 225 000 que la santé publique visait pour le 8 février.

On a pu faire la démonstration que, quand on reçoit des doses, on vaccine, a résumé Christian Dubé.

Les autorités sanitaires s'attendent à recevoir 8000 doses du vaccin de Pfizer et 40 000 doses de celui de Moderna dans le courant de la semaine prochaine.

Jusqu'ici, le Québec a reçu 238 100 doses de vaccin contre la COVID-19.

Selon la stratégie établie par la santé publique, une fois que les groupes prioritaires auront été vaccinés – les résidents des CHSLD, le personnel soignant qui y travaille, ainsi que les personnes vulnérables –, les autorités pourront procéder par catégorie d'âge, en commençant par les 80 ans et plus.

Un accès pourrait être accordé aux médias

Le ministre de la Santé a par ailleurs demandé au directeur national de santé publique d'évaluer la possibilité de permettre aux journalistes d'avoir accès aux hôpitaux, comme l'ont demandé des directeurs de grands médias. Le Dr Arruda a dit pouvoir parvenir à une solution à court terme, qui comprendrait l'application de règles claires et le suivi d'un protocole strict.

Legault presse Trudeau d'agir pour limiter les voyages

La présence de nouveaux variants du coronavirus continue de susciter son lot d'inquiétude. À ce jour, six cas du variant britannique ont été identifiés au Québec, selon le Dr Arruda.

Et le fait que les voyages non essentiels à l’international soient toujours permis au Canada n'a rien pour rassurer le premier ministre Legault, qui a une fois de plus appelé Justin Trudeau à agir plus rapidement dans ce dossier.

C'est catastrophique quand ce variant du virus arrive. Avec les voyageurs qui viennent de l'étranger, ça amène une propagation qui est presque exponentielle, s'est-il inquiété, évoquant le cas de l'Ontario, où le variant a été détecté dans un foyer pour aînés.

Bien qu'il comprenne les enjeux que poserait l'interdiction pure et simple de vols à l'extérieur du pays, François Legault ne s'explique pas pourquoi le premier ministre canadien tarde à imposer la quarantaine supervisée, soit deux semaines dans un hôtel aux frais des voyageurs, à ceux qui arrivent de l'étranger.

Le fédéral répète depuis la semaine dernière qu'il pourrait annoncer très bientôt de nouvelles mesures afin de limiter les voyages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !