•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Alberta, le nombre de familles qui ont choisi l'école à la maison a presque doublé

Il s'agit de familles qui scolarisent leurs enfants à domicile et pas celles qui suivent des cours en ligne proposés par certains conseils scolaires.

Une femme aidant un enfant à faire ses devoirs

Si la pandémie se poursuit, cela pourrait continuer d'augmenter selon l'Association albertaine de l'école à domicile.

Photo : iStock

Radio-Canada

En Alberta, le nombre d'enfants scolarisés à domicile est passé de 13 460 l'an dernier à 24 230 à la rentrée 2020-2021, selon des chiffres publiés lundi par la province. La pandémie de COVID-19 est à l’origine de cette augmentation. 

Depuis septembre, Christina Im fait l’école à la maison à ses trois enfants. Elle explique que c’est la pandémie qui a motivé sa décision.

On arrivait d’un autre pays. On déménageait, donc il y avait déjà un peu d'instabilité dans nos vies à devoir s’adapter à un nouveau pays, souligne-t-elle. Je n’arrivais pas à me faire à l’idée d’envoyer mes enfants dans un environnement où il y avait déjà [encore plus] d’instabilité.

La mère de famille reconnaît qu’en octobre, après quelques semaines d’enseignement à domicile, elle n’était plus si sûre d’elle. D’autant qu’il y avait alors très peu de cas de COVID-19 dans les écoles, se souvient-elle. J’ai dit à mon mari "je crois qu’on a fait une erreur" parce que c'était très difficile pour moi.

Et puis quand j’ai commencé à trouver mon rythme, raconte-t-elle, quand j'ai commencé à entendre les histoires de mes amis, leurs enfants devant se faire tester, revenir à la maison, être placés en quarantaine, et tout ça, alors je me suis dit : "oh je pense que c’est la bonne décision".

Selon Judy Arnall, de l'Association albertaine de l'école à domicile, de nombreux parents qui ont fait ce choix cette année ne renverront pas leurs enfants à l’école, même après la pandémie. Ils disent "oui nous avons été poussés à faire ça cette année, mais nous allons continuer [...] parce que c’est super", assure-t-elle.

Elle insiste sur le fait que l’enseignement à domicile n’a rien à voir avec ce que les parents ont vécu durant la fermeture des écoles avec les cours en ligne.

Ils ont dû assumer un rôle pédagogique, même s’ils n'étaient pas censés le faire, souligne-t-elle. Avec l’enseignement à domicile, vous pouvez décider si votre enfant n’aime pas un exercice de lui en donner un autre. Vous pouvez lui enseigner autre chose.

Et après la pandémie?

Si la pandémie de COVID-19 persiste, Judy Arnall s’attend à ce que le nombre d’enfants scolarisés à domicile continue d’augmenter. 

Christina Im avoue que ses enfants sont en manque d'interaction sociale. Leurs amis leur manquent, dit-elle. Quand les restrictions le permettent, on se retrouve.

La mère de famille a aussi rejoint quelques groupes de parents qui ont choisi l’enseignement à domicile. On m’a dit que ce à quoi ressemble l'école à la maison durant la pandémie est très très différent de ce que cette communauté peut être et de ce qu’elle sera, espérons, une fois que les restrictions seront levées.

Avec les informations de Lucie Edwardson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !