•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Enquête

Édifice contaminé : les photos que la GRC a mis 17 mois à retrouver

Sous-sol de l'ancien Centre de formation de la GRC à Kemptville couvert d'eau.

Le sous-sol de l'ancien Centre de formation de la GRC à Kemptville. Le Commissariat à l'information a dû intervenir pour que la GRC divulgue cette photo.

Photo : Photo GRC

Sylvie Robillard

Il aura fallu une enquête du Commissariat à l'information du Canada et 17 mois d'attente pour que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) divulgue des photos d'un édifice contaminé qui lui a servi de centre de formation durant une vingtaine d'années.

L'ancien Centre de formation de Kemptville, au sud d'Ottawa, a surtout servi d'école pour les membres de Spéciale I, une escouade secrète de la GRC chargée d'installer de l'équipement de surveillance électronique lors d'opérations d'infiltration.

Moisissure sur le mur de l'entrée vers l'atelier et le gymnase de l'ancien Centre de formation de la GRC à Kemptville

De la moisissure est visible sur le mur de l'entrée vers l'atelier et le gymnase de l'ancien Centre de formation de la GRC à Kemptville.

Photo : Photo GRC

Les 38 photos obtenues en vertu de la Loi sur l'accès à l'information montrent un édifice en décrépitude : moisissure sur les murs, peinture qui se décolle, planchers recouverts d'eau, excréments de souris à plusieurs endroits, y compris sur un canapé.

L'extérieur de l'édifice contaminé à Kemptville que la GRC a occupé de 1988 à 2006

L'extérieur de l'édifice contaminé à Kemptville que la GRC a occupé de 1988 à 2006

Photo : Photo GRC

Une enquête de Radio-Canada, diffusée en décembre 2019, a révélé qu'au moins six membres de la GRC qui ont suivi leur entraînement dans cet édifice sont morts prématurément de maladies neurologiques ou de cancers. D'autres ont souffert ou souffrent toujours de troubles de santé importants.

Radio-Canada avait obtenu copie de rapports d'inspection faisant état des nombreux contaminants décelés dans l'édifice au fil des ans.

Mais certains rapports étaient des photocopies de versions originales et les photos étaient à peine visibles.

Le mur de la salle à manger dont la peinture se décolle

Le mur de la salle à manger dont la peinture se décolle. Des rapports d'inspection ont fait état de la présence de plomb dans la peinture et d'amiante dans le placoplâtre.

Photo : Photo GRC

Bien avant la publication du reportage, Radio-Canada a fait une demande en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, en juin 2019, pour obtenir les photos en couleur contenues dans l'un des rapports.

La GRC a mis cinq mois pour répondre que les photos n'existaient plus.

Veuillez noter que nous n'avons pu trouver aucun renseignement relatif à votre demande. Les renseignements demandés ont surpassé la période de rétention et ont été détruits, a écrit le patron de l'accès à l'information de la GRC en novembre 2019.

Le four qu'utilisaient les participants qui mangeaient et couchaient sur place durant plusieurs semaines

Le four qu'utilisaient les participants qui mangeaient et couchaient sur place durant plusieurs semaines. Certains ont décrit la présence d'insectes sur leur nourriture.

Photo : Photo GRC

Convaincue que les photos existent toujours, Radio-Canada a porté plainte auprès du Commissariat à l'information du Canada. Celui-ci a exigé de la GRC qu'elle reprenne son travail.

Au cours de son enquête, le Commissariat à l’information a demandé à la GRC d’effectuer une seconde recherche de documents, afin de tenter de localiser l’information recherchée, peut-on lire dans le rapport d'enquête final du Commissariat en décembre 2020.

Sur la base des observations reçues, l’enquête a déterminé que la GRC n’avait pas initialement effectué une recherche raisonnable. Plus précisément, l’institution n’avait pas, au départ, acheminé la demande à tous les secteurs pertinents, précise-t-on dans ce rapport.

Moisissure sur un mur de l'édifice

Il y avait dans l'édifice une forte présence de moisissures, dont des spores toxiques.

Photo : Photo GRC

Le Commissariat à l’information a jugé la plainte de Radio-Canada fondée et la GRC a fourni les photos demandées durant le déroulement de l'enquête.

Les photos ont donc été remises 17 mois après la demande initiale. La Loi sur l'accès à l'information prévoit une réponse dans un délai de 30 jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !