•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergies renouvelables : le plus grand électrolyseur PEM au monde inauguré à Bécancour

Un travailleur de l'usine d'Air Liquide Canada à Bécancour travaille à l'extérieur.

Air Liquide inaugure son électrolyseur PEM à son usine de Bécancour, le plus grand de ce type au monde.

Photo : Air Liquide Canada / Jean-Erick Pasquier

Radio-Canada

L’entreprise Air Liquide a inauguré, mardi, le plus grand électrolyseur PEM (membrane échangeuse de protons) au monde, construit dans ses installations de Bécancour, au Québec.

Cette unité d’une capacité de 20 MW et alimentée par de l’énergie renouvelable produit jusqu’à 8,2 tonnes par jour d’hydrogène bas carbone.

L’usine de Bécancour est actuellement la plus grande du type au monde et va permettre, selon l’entreprise, de répondre à la demande croissante en hydrogène bas carbone en Amérique du Nord.

La production d’hydrogène renouvelable à l’échelle industrielle est maintenant une réalité ici même, au Québec, a déclaré le président et chef de la direction d'Air liquide Canada lors de l’inauguration de l’électrolyseur construit à Bécancour.

Nous sommes, dès à présent, en mesure d’approvisionner le marché du nord-est de l’Amérique du Nord en hydrogène renouvelable.

Bertrand Masselot, président et chef de la direction d'Air Liquide Canada

Le nouvel électrolyseur a nécessité des millions de dollars d'investissements, selon Air liquide. Il a permis de créer dix-sept emplois à temps plein à Bécancour.

L’électrolyseur est entièrement opérationnel depuis la fin du mois de décembre. La mise en service de l’unité d’électrolyse a augmenté de 50 % la production d’hydrogène dans les installations d’Air Liquide à Bécancour.

On part d’eau très pure et, avec un courant électrique de grande intensité fourni par Hydro-Québec [...], on sépare l’oxygène et l’hydrogène, a expliqué le PDG d’Air Liquide Canada en entrevue à l’émission En direct

La présidente-directrice générale (PDG) d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, était présente à l'inauguration virtuelle de l’électrolyseur.

Il est extraordinaire de voir aujourd’hui qu’une autre énergie prend le relais pour être en mesure d’électrifier indirectement des usages comme le transport lourd, la chimie verte et l’usage industriel, donc pour électrifier indirectement ce qui ne pourrait pas l’être directement par l’électricité.

Pour écouter l'entrevue de la PDG d'Hydro-Québec, Sophie Brochu, à l'émission Toujours le matin, cliquez ici.

L'hydrogène sera vendu à des clients, comme des entreprises spécialisées dans l’industrie chimique ou dans le transport, selon Bertrand Masselot.

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, affirme qu’il s’agit d’une grosse nouvelle pour sa Ville.

Pour Bécancour, au moment où on travaille dans une zone innovante qui est axée sur la décarbonisation de la grande entreprise, c’est majeur comme projet, a-t-il déclaré lors de la conférence de presse virtuelle.

Ça nous met comme chef de file dans le domaine des technologies environnementales.

Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a souligné que cela aidera le Québec à atteindre sa cible de réduction des gaz à effet de serre (GES). Le Québec compte réduire de 37,5 % les émissions de GES par rapport au niveau de 1990, d'ici 2030.

Comparativement à un procédé de production d’hydrogène traditionnel, l’électrolyseur PEM permettra d’éviter l’émission de près de 27 000 tonnes de CO2 par an, ce qui équivaut aux émissions annuelles d’environ 10 000 voitures.

Avec des informations de Sarah Désilets-Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !