•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce 91,5 M$ pour orienter les travailleurs touchés par la pandémie

Des travailleurs de la construction s'activent sur un chantier à Montréal.

Selon le gouvernement du Québec, le secteur de la construction continue de présenter d'importants besoins de main-d'oeuvre.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Lorsque l’économie pourra rouler de nouveau, certains secteurs auront d’importants besoins de main-d’œuvre. Pour s’assurer de bien orienter ceux qui retourneront sur le marché du travail, Québec a annoncé mardi qu’il dédiera 91,5 millions de dollars afin que l’offre de formation soit bonifiée selon les emplois en demande.

Cette enveloppe, qui sera investie sur deux ans, a pour but de maximiser le retour en emploi du plus grand nombre de travailleurs dont l’emploi a été touché par la pandémie, ont expliqué les ministres du Travail et de l’Éducation, Jean Boulet et Jean-François Roberge, par communiqué.

Au nombre des secteurs où les besoins sont plus criants, le gouvernement a identifié ceux du bioalimentaire, de la fabrication industrielle, de la construction, de la santé et des technologies de l’information.

L’essentiel des fonds annoncés (75 M$) doit permettre d’augmenter le nombre de personnes qui intégreront le marché du travail « par la diplomation », tandis que 13 M$ visent à soutenir la formation de cette main-d’œuvre. Le reste, soit 3,5 M$, doit servir à s’assurer que la formation vienne soutenir des secteurs stratégiques pour la relance économique.

Ce nouvel investissement […] permettra d’accroître la diplomation des personnes en formation générale des adultes (FGA) et en formation professionnelle (FP) et d’arrimer davantage l’offre de formation en fonction des nouvelles réalités du marché du travail, résume-t-on.

Les programmes d’études qui débouchent sur des métiers plus en demande obtiendront ainsi une meilleure visibilité grâce à la création d’une plateforme web, a fait savoir Québec, ajoutant que les formations offertes seront courtes, flexibles et adaptées aux différents profils des personnes.

Le gouvernement estime que le Québec compte pour l’heure quelque 200 000 chômeurs pandémiques.

La pandémie a profondément bouleversé le marché du travail, et le Québec doit non seulement en prendre acte, mais aussi s’adapter rapidement à cette réalité pour favoriser une reprise économique vigoureuse, a souligné Jean-François Roberge.

Québec estime pouvoir s'inspirer du programme de formation mis en place pour favoriser l’embauche en CHSLD au cours de la pandémie, qui lui a permis d’acquérir une expertise dans le développement de nouvelles formations rapides pour venir en aide aux secteurs jugés prioritaires.

Si le gouvernement indique que près de 10 000 personnes ont pu obtenir un diplôme grâce à ce programme, Radio-Canada révélait en décembre dernier que de nombreux volontaires n'avaient finalement pas été embauchés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !