•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations imposent des mesures de sécurité pour lutter contre la COVID-19

Eric Redhead est dehors devant un drapeau du Canada. Il est vêtu d’un manteau et porte un masque.

Le chef de la Première Nation de Shamattawa, Eric Redhead, affirme qu'un point de contrôle sur la route de glace aidera à assurer la sécurité des membres de sa communauté.

Photo : CBC / Tyson Koschik

Radio-Canada

Les Premières Nations du nord du Manitoba tentent de réduire le nombre de cas de COVID-19 à l'aide de points de contrôle.

Services aux Autochtones Canada (SAC) indique que les demandes de financement les plus fréquentes en ce moment sont celles destinées à installer des points de contrôle.

La route de glace qui mène à la Première Nation de Shamattawa, à environ 745 km au nord-est de Winnipeg, rouvrira vendredi.

La communauté a donc fait une demande auprès du Fonds de soutien aux communautés autochtones pour installer un point de contrôle ouvert 24 heures sur 24.

[Les visiteurs] se feront poser les mêmes questions que s’ils étaient dans un avion : "Êtes-vous dans une période de quarantaine obligatoire? Faites-vous de la fièvre?" On prendra la température des gens, explique le chef de la Première Nation de Shamattawa, Eric Redhead.

Les allées et venues des gens seront notées. Alors c’est une façon d’essayer d'avoir la situation en main.

Eric Redhead, chef de la Première Nation de Shamattawa

En décembre, Shamattawa comptait 400 cas actifs de COVID-19, comparativement à 3 cas à la fin du mois de janvier.

Le Eric Redhead dit qu'il faire ce qu'il peut pour protéger la communauté.

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, mais les données sont encourageantes, dit-il.

Points de contrôle : une défense importante contre le virus

Les points de contrôle sont une mesure importante pour tenter de protéger les communautés, selon la sous-ministre adjointe principale de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuit, Valerie Gideon.

Pour que les communautés puissent contrôler leurs allers-retours, nous avons encore près de 350 communautés [au pays] qui ont fermé leurs frontières pour les voyages non essentiels, a précisé Valerie Gideon en conférence de presse mercredi dernier.

La Première Nation crie de Pimicikamak a établi un périmètre de sécurité depuis le début de la pandémie.

Une route avec du gazon et des cônes orange. Une pancarte empêche les visiteurs de se rendre de l’autre côté de la route. Le secteur semble aussi être en construction.

Des cônes orange bloquent la route menant à la Première Nation crie de Pimicikamak. Seuls les travailleurs essentiels sont autorisés à entrer.

Photo : Photo soumise par David Monias

La communauté a demandé des fonds pour lui permettre de renforcer la sécurité 24 heures sur 24 et permettre aux gardiens de sécurité puissent se protéger du froid dans un point de contrôle, explique le chef de la Première Nation de Pimicikamak, David Monias.

Nous savons que c’est notre première défense et nous voulons le faire correctement. Toutefois, nous n’avons pas reçu de financement, affirme David Monias.

Il souligne que la génératrice qui permet de réchauffer le point de contrôle est parfois brisée et que les gardiens n'ont pas d'endroit où se réchauffer.

Ce ne serait pas acceptable nulle part ailleurs, donc ce ne devrait pas être acceptable dans notre communauté, déplore David Monias.

Il attend donc le financement du fédéral pour améliorer son point de contrôle.

Au Manitoba, la majorité des cas de COVID-19 signalés depuis trois jours se trouve dans la région sanitaire du Nord.

Les Forces armées canadiennes travaillent toujours avec la Première Nation de Garden Hill pour aider à établir un centre d'isolement, pour former les gens à gérer ce centre et pour livrer des paniers de nourriture aux membres de la communauté.

En ce moment, 693 cas sont considérés comme actifs dans la région sanitaire du Nord dans le district d’Island Lake, où se trouve Garden Hill.

Selon les informations de Rachel Bargen

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !