•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des logements pour les victimes de violence conjugale verront le jour à Gaspé

Une femme marche sur le bord de l'eau à Gaspé

À Gaspé, les femmes qui souhaitent quitter un conjoint violent peinent à trouver un logement rapidement (archives).

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Radio-Canada

La maison d’aide et d’hébergement L’Aid’Elle, à Gaspé, pourra aller de l'avant avec la construction de quatre logements abordables pour les femmes en processus de rupture.

Le projet évalué à 1,2 M$ bénéficie une d'aide financière de 700 000 $ de Québec.

C'est le prolongement de la mission de L'Aid'Elle, explique sa directrice générale, Marie-Ève Joncas, en entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure!

La maison offre déjà un service d'hébergement aux femmes qui vivent de la violence conjugale, mais le besoin pour des logements privés, abordables et sécuritaires, est criant.

Habituellement, on offre un hébergement de zéro à trois mois, mais en raison de la difficulté à trouver un logement, souvent on va prolonger la période d'hébergement pour permettre à la femme de mener à terme cette ultime démarche, précise Mme Joncas.

C'est un prolongement de service qu'on n'avait pas à la maison d'hébergement. Ça vient combler un énorme besoin.

Marie-Ève Joncas, directrice générale de la maison L'Aid'Elle

Dans la dernière année, la maison, qui a une capacité d'hébergement de neuf places, a reçu plus de 30 femmes.

De ces 30 femmes, 55 % auraient eu besoin d'un logement pour se relocaliser, indique Mme Joncas.

Il est donc facile de conclure que les quatre unités à venir ne suffiront pas à répondre à la demande et la directrice planche déjà sur un éventuel nouveau projet.

On mijote un peu sur ce qu'on pourrait faire dans le même principe, parce qu'on sait que quatre logements ce ne sera pas suffisant. Je m'avance, mais je suis la première à surveiller les bâtiments qui sont à vendre, lance-t-elle.

En attendant, l'aide reçue de Québec permettra à l'équipe de Mme Joncas de lancer un appel d'offres dans les prochains jours afin que les travaux puissent débuter au mois de février.

De façon réaliste, on pourrait penser à une ouverture avant la fin de 2021, avance Mme Joncas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !