•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'Ontario vérifiera tous les cas du 20 janvier à la recherche du variant B117

Une scientifique tient une cartouche de génome.

Pour identifier les variants, les laboratoires doivent créer une séquence génomique complète.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Alors qu'une demi-douzaine de régions en Ontario ont identifié des cas d'infection par le variant britannique du SRAS-CoV-2, la province promet d'examiner tous les échantillons positifs de mercredi dernier pour voir si cette mutation plus contagieuse est en cause.

Déjà, des cas d'infection par le variant B117 ont été trouvés un peu partout dans le Sud de l'Ontario, que ce soit à Toronto ou dans les régions de York, de Simcoe-Muskoka et de Kingston.

Ce variant identifié à l'origine en Grande-Bretagne est beaucoup plus contagieux et pourrait causer des symptômes plus graves chez certains patients, selon les autorités de santé publique.

La directrice générale du service de microbiologie du laboratoire de Santé publique Ontario, la Dre Vanessa Allen, explique que les autorités veulent examiner tous les écouvillons positifs recueillis le 20 janvier afin de savoir à quel point cette mutation est répandue dans la province.

On ne sait pas encore [s'il est possible de contenir ce variant]. Nous aurons une meilleure idée dans les jours à venir.

La Dre Vanessa Allen, directrice, laboratoire de Santé publique Ontario

Jusqu'à maintenant, aucun des deux autres variants connus du virus (de l'Afrique du Sud et du Brésil) n'ont été détectés en Ontario.

De son côté, le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, demande au public de redoubler de vigilance et de s'assurer de porter le masque et de respecter l'écart sanitaire.

Si vous portez un masque, ça ne veut pas dire que vous pouvez avoir une conversation nez à nez de 5, 10, 15 minutes. Auparavant, pour quelques minutes, vous avez peut-être réussi à éviter d'attraper la COVID-19. Mais ça ne sera probablement plus le cas avec le nouveau variant, a-t-il prévenu en point de presse lundi.

Doug Ford à l'aéroport Pearson

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, et sa ministre de la Santé, Christine Elliott, visiteront mardi le centre de dépistage volontaire à l'aéroport Pearson de Toronto.

Inquiet par rapport à l'augmentation des cas d'infection par des variants du SRAS-CoV-2, il a demandé à nouveau lundi à son homologue fédéral, Justin Trudeau, de fermer les frontières aux étrangers qui viennent au Canada pour un voyage non essentiel.

Par ailleurs, selon M. Ford, tous les passagers devraient subir un test de dépistage à leur arrivée à l'aéroport Pearson.

On doit tester chaque personne qui passe par Pearson ou toute autre frontière. C'est essentiel. Nous devons établir des barrières de toutes les façons possibles, a-t-il dit lundi.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !