•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Municipalité d'Halifax ne démantelera pas les cabanes habitées par des sans-abris

Une petite cabane dans le bois.

Une petite cabane sur la propriété de la ville d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Radio-Canada

La Municipalité régionale d'Halifax ne va pas retirer les cabanes pour sans-abris qui ont surgi récemment sur la propriété municipale si elles sont occupées. Toutefois, les refuges vacants et construits sans autorisation seront démantelés.

C’est à Dartmouth Centre que ces refuges résistants aux intempéries ont été construits récemment. La Municipalité régionale d’Halifax a actuellement une politique de non-éviction si quelqu’un loge dans ces cabanes.

Nous n’allons pas démolir le seul abri dont dispose quelqu’un, a expliqué le conseiller municipal de Dartmouth Centre, Sam Austin.

Sam Austin sur un trottoir d'Halifax le 28 septembre 2018.

Sam Austin est conseiller municipal du district Dartmouth Centre.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Après la couverture médiatique dont a fait l’objet la première cabane lors de sa construction, une deuxième a été construite, mais personne ne l’a utilisée.

Nous ne nous contentons pas de permettre que des structures soient abandonnées sur la propriété municipale si personne ne les utilise, a alors dit Sam Austin. Il n’existe pas de licence générale pour construire ce que vous voulez sur une propriété municipale.

Coup de théâtre, comme un individu a alors déménagé dans la cabane, la Municipalité se rétracte et décide que le logement restera en place.

Malgré tout, Sam Austin est dubitatif. Est-il logique qu’une tierce partie, un groupe anonyme, établisse une sorte de village informel sans consulter les résidents, la Ville ou même les sans-abris eux-mêmes pour savoir quel est le meilleur endroit pour eux, se demande-t-il.

Ce n’est pas du tout une solution. C’est un pansement imparfait pour un problème de société flagrant, ajoute-t-il.

Un problème de plus en plus visible

Andrew Goodsell a séjourné dans l’un des refuges ces derniers jours. Il n’a ni plomberie ni électricité, mais il a dit qu’il y était plus confortable que dans la tente où il dormait auparavant.

Une manifestation a eu lieu lundi dans un parc de Dartmouth après que des citoyens aient appris que la Municipalité risquait d’enlever certains campements.

Un homme à côté d'un campement en bois.

Andrew Goodsell réside dans cette cabane sur la propriété municipale.

Photo : Radio-Canada / Robert Short

Le directeur général de l’Association de logement abordable de la Nouvelle-Écosse, Jim Graham, croit que cette situation met en lumière le problème des sans-abris dans la région d'Halifax, un problème qui, selon lui, est devenu beaucoup plus visible pendant la pandémie.

Mais les refuges sont des solutions temporaires à un problème beaucoup plus grave, selon Jim Graham.

Une porte-parole de la Municipalité, Maggie-Jane Spray, a réitéré lundi que les gens ne sont pas autorisés à construire des structures sur les propriétés municipales sans autorisation, mais qu'Halifax ne forcera pas l’expulsion des résidents tant que leur besoin de logement adéquat ne sera pas satisfait.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !