•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Semi-liberté d'Eustachio Gallese : un rapport de la Commission des libérations incomplet

Eustachio Gallese à la sortie de la centrale de police Victoria, à Québec.

Eustachio Gallese à la sortie de la centrale de police Victoria, à Québec

Photo : Radio-Canada

La Commission des libérations conditionnelles du Canada concède que le rapport écrit à la suite de l’audience d’Eustachio Gallese, qui a mené au prolongement de sa liberté conditionnelle à l’automne 2019, ne correspondait pas entièrement au propos tenu en personne par les commissaires, qui lui interdisait explicitement la visite de salons de massage.

Lundi, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale, qui tente de faire la lumière sur les circonstances entourant le meurtre de Marylène Levesque, a entendu la présidente de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, Jennifer Oades.

Mme Oades a concédé que la décision écrite de septembre 2019 n’a pas entièrement reflété ce qu’il s’est passé lors de l’audience, bien que cette divergence n’ait pas été identifiée comme un facteur dans le décès de Mme Levesque.

Selon Mme Oades, les commissaires ont dit explicitement à Gallese qu’il n’avait pas le droit de visiter des salons de massage, bien que cette interdiction n'était pas aussi claire dans le rapport écrit.

Ce rapport a d'ailleurs été grandement caviardé avant d'être remis aux médias.

Dans ce dernier, la Commission des libérations conditionnelles indiquait plutôt qu’une stratégie pour répondre aux besoins sexuels du délinquant avait été développée. Elle avait été permise par l'équipe de gestion de cas du criminel et la Commission l'avait jugée inappropriée, toujours selon le rapport.

Formation

Rappelons que le Comité d'enquête nationale sur la mort de Marylène Levesque, dont le rapport a été dévoilé le 21 janvier, n’a formulé aucune recommandation à l’intention de la Commission des libérations conditionnelles.

Malgré tout, la commission dit vouloir prendre les devants en offrant des séances de formation sur la rédaction de rapports, a expliqué Mme Oades.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !