•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ariane Moffatt et Corneille au Bal de neige virtuel

Deux mascottes.

Il sera impossible cette année de donner une caresse aux Glamottes, comme elles le chantaient autrefois (archives).

Photo : Radio-Canada

Même si « ça coûte rien » et « ça fait du bien », comme le chantaient autrefois les Glamottes, il sera impossible de donner un câlin aux mascottes du Bal de neige cette année. Pandémie oblige, le festival emblématique de la région de la capitale changera sa formule et proposera une programmation toute virtuelle, du 5 au 21 février.

Le coup d’envoi du festival hivernal de 2021 sera donné le 5 février à 19 h, sur la chaîne YouTube de Patrimoine canadien.

Ariane Moffatt, Corneille, Ria Mae et l’Orchestre du Centre national des Arts seront les têtes d’affiche de ce spectacle virtuel. La Manitobaine Faouzia, le chanteur folk autochtone William Prince, le quintette de jazz swing Masson Stomp, la drag queen Tracy Trash ainsi qu'Alexandre Tétreault et la troupe de gigue moderne des Ivan Flett Memorial Dancers complètent la programmation. Le patineur artistique Elladj Baldé sera aussi de la partie.

Autre tradition du Bal de neige, la compétition de sculpture sur glace deviendra nationale cette année. Pour la première fois, des artistes professionnels d’ailleurs au Canada ont été invités à s’affronter simultanément à Yellowknife, à Banff et au lac Louise, à Winnipeg, à Québec et à Halifax, de même qu’à Ottawa et Gatineau. Le défi : faire une oeuvre avec huit blocs de glace en 28 heures. Les visiteurs pourront voter pour la sculpture gagnante du 5 au 21 février.

Et les Glamottes? Numériques, les Noumi, Nouma et compagnie : c'est dans un livre virtuel interactif que l'on retrouvera la famille de mascottes.

D'autres surprises sont à prévoir : On donne de grandes lignes, on veut se garder des surprises pour le 5 février, assure la gestionnaire de projet pour Patrimoine canadien, Ysabel Jetté.

Pas de Domaine des flocons, mais...

Aucune activité en personne n’aura lieu en 2021 : ni le Domaine des flocons ni les autres destinations à Ottawa ne seront aménagés, et le canal Rideau sera ouvert uniquement pour la pratique du patin aux personnes qui résident à proximité de ce site.

En revanche, avec la collaboration d'une trentaine de partenaires, plus d'une centaine d'activités de tout acabit seront proposées. Les prix Juno, le Carnaval de Québec, le Centre national des Arts, le Musée canadien de l’histoire et le Musée des beaux-arts du Canada, entre autres, ont mis une partie de leurs programmations en commun. Les festivaliers retrouveront par exemple des recettes, des balados et des listes d'écoute sur l’application du Bal de neige.

Pour sa part, la Ville de Gatineau invite les familles à des concours, à des chasses au trésor et à des tutoriels de sculpture sur neige, tous en ligne. Ces activités mettront en valeur différents circuits pédestres patrimoniaux. Les informations seront communiquées sur le site web de la Ville (Nouvelle fenêtre).

Le tourisme sur pause

En moyenne, le festival qui anime les deux côtés de la rivière des Outaouais attire 600 000 festivaliers dans la région, dont le tiers vient de l’extérieur.

Au chapitre touristique, habituellement, l’effervescence que crée le Bal de neige a un impact important et génère bon nombre de nuitées dans les hôtels, a commenté la présidente-directrice générale de Tourisme Outaouais, France Bélisle.

Bien que la décision de rendre le Bal de neige virtuel soit désolante sur le plan de l’achalandage touristique et dans le contexte de la visibilité dont profitent Gatineau et l’Outaouais, elle s’inscrit dans le respect des directives de la santé publique que nos entreprises prennent très au sérieux depuis le début de la pandémie. Le respect des règles par les citoyens représente le meilleur moyen de permettre une reprise d’un nouveau normal dans les meilleurs délais, a-t-elle commenté.

Des économies

Pour sa part, le Bal de neige réalisera des économies, note Ysabel Jetté. L'événement a reçu une enveloppe semblable à celle des années précédentes, mais le format virtuel lui permet de dépenser moins. Patrimoine canadien n'a pas donné davantage de détails. Étant donné que les décisions viennent d'être prises, on travaille encore sur le côté budgétaire, a répondu Mme Jetté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !