•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'exploitation du charbon aurait contaminé des cours d'eau albertains

Trois cours d'eau situés près de trois mines de charbon sont notamment touchés : les rivières Gregg et McLeod et le ruisseau Luscar.

Une pelle mécanique déverse du charbon dans une benne, dans une mine à ciel ouvert.

Entreprise citée dans cette dépêche : Teck Resources (TSX:TECK.B).

Photo : iStock

La Presse canadienne

Des cours d'eau de l'Alberta montrent des signes d'une importante contamination par l'industrie du charbon, selon des documents gouvernementaux non publiés.

Ces documents contiennent des données démontrant que des concentrations élevées de sélénium ont été détectées pendant plusieurs années en aval de trois exploitations de charbon.

Bien que le sélénium soit essentiel à la santé humaine, il existe des risques pour la santé de certaines sous-populations exposées ou potentiellement exposées à des concentrations élevées de cet élément chimique, selon Santé Canada.

Plus élevées que la norme, selon un ancien directeur

Un ancien directeur scientifique d'Environnement Alberta, Bill Donahue, a pris connaissance des données. Il assure que plusieurs d'entre elles montrent clairement des quantités de sélénium dans l'eau continuellement plus élevées que les normes.

Il dénonce qu'Environnement Alberta ait passé sous silence ces données au cours des 10 ou 15 dernières années.

Bill Donahue a quitté le ministère en 2018, après que l'ancien gouvernement du Nouveau Parti démocratique (NPD) eut aboli une agence indépendante qui devait faire état publiquement des informations pertinentes en matière environnementale.

Avant de quitter son poste, Bill Donahue avait déjà constaté des présences élevées de sélénium dans les rivières Gregg et McLeod et le ruisseau Luscar, à proximité de trois mines de charbon, à l'est de Jasper.

L'une d'elles, la mine Cheviot, propriété de Teck Resources, est encore exploitée. Les deux autres ont cessé leurs activités en 2000 et en 2003.

Une mine de charbon à ciel ouvert.

Santé Canada écrit que, bien que le sélénium soit essentiel à la santé humaine, il existe des risques pour la santé de certaines sous-populations exposées ou potentiellement exposées à des concentrations élevées.

Photo : Grande Cache Coal

Surveillance régulière en place, dit le gouvernement

Le directeur de la communication pour Environnement et parcs Alberta, John Muir, a déclaré que le ministère surveille régulièrement le sélénium dans 89 voies navigables de l'Alberta.

Nous avons des experts clés qui travaillent sur nos propres études sur la qualité de l'eau pour mieux comprendre les conditions des bassins versants et la vie aquatique en aval des opérations d'extraction du charbon, a-t-il déclaré.

[Nous] rendrons ces résultats publics.

Bill Donahue, ancien directeur scientifique d'Environnement Alberta

Toutes les données brutes de surveillance sont disponibles sur une base de données consultable, souligne John Muir. Selon lui, les mines en question sont antérieures aux réglementations et à la technologie modernes.

Un document du gouvernement de l'Alberta sur la remise en état des sites miniers déclare que les évaluations actuelles indiquent qu'il n'y a aucun risque pour les humains qui boivent de l'eau ou mangent du poisson contenant des quantités excessives de sélénium.

Toxique en excès

Le sélénium est un élément naturel vital en petites quantités, mais toxique en excès.

Chez les poissons, il peut endommager le foie, les reins et le cœur. Cela peut réduire le nombre d'œufs viables qu'un poisson peut produire et entraîner une déformation de la colonne vertébrale, de la tête, de la bouche et des nageoires.

Chez l'homme, il peut provoquer des nausées, des vomissements, une perte de cheveux et de la fatigue.

La dernière fois que le ministère de l'Environnement de l'Alberta a fait rapport sur le sélénium dans les trois cours d'eau, c'était en 2006.

À l'aide des données recueillies en 2000 et 2001, il a conclu que les concentrations de sélénium dans l'omble arc-en-ciel et l'omble de fontaine étaient généralement supérieures aux seuils d'effets de toxicité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !