•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

11 mesures pour sauver les centres-villes du Québec

Une coalition presse le gouvernement Legault d’intervenir pour contrer la « traversée du désert » des centres-villes de la province.

Une touriste se promène sur un trottoir vide du Vieux-Québec.

Les organismes demandent une stratégie à long terme de relance des centres-villes de la province.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Kassandra Nadeau-Lamarche

La coalition Cœurs de villes et villages interpelle le gouvernement de François Legault afin qu’il se dote d’un plan à long terme pour permettre la pérennité des centres-villes.

Dans une lettre acheminée lundi matin, le groupe explique qu’après la crise sanitaire, il faudra un plan d’action gouvernemental pour éviter que nos artères commerciales ne soient durablement amochées par leur mise en pause forcée .

La coalition est composée de six organisations oeuvrant déjà dans le développement et l’aménagement des villes sous tous ses aspects. Le gouvernement n’a pas à agir seul. Je pense qu’on est nombreux à vouloir maintenir cette vitalité-là, mais ça prend un certain cadre et une reconnaissance de l’urgence de la part du gouvernement , explique Béatrice Alain, la directrice générale du Chantier de l’économie sociale.

11 mesures

Dans sa lettre, la coalition Coeurs de villes et villages demande aux ministres Sonia Lebel, Andrée Laforest, Nathalie Roy et Pierre Fitzgibbon d’adopter 11 mesures, qui selon elle, auront pour effet de revitaliser les centres-villes. Il s’agit de :

  1. Adopter une politique d’achat responsable des acheteurs publics mettant de l’avant l’approvisionnement local.
  2. Soutenir les organisations de concertation et d’appui au commerce de proximité.
  3. Apporter un soutien technique et financier aux municipalités pour la requalification de leurs cœurs de villes et villages.
  4. Favoriser l'acquisition par les communautés d'édifices ou de commerces jugés prioritaires.
  5. Adopter une stratégie de localisation des édifices publics (emplois et services) priorisant les cœurs de villes et villages.
  6. Construire, d’ici 5 ans, des dizaines de milliers de logements sociaux et communautaires bien ancrés dans leurs quartiers ou noyaux villageois.
  7. Restaurer les bâtiments patrimoniaux qui font la fierté des communautés.
  8. Créer une mesure de suivi de la santé de nos cœurs de collectivités.
  9. Étudier les conséquences de la montée en puissance du commerce en ligne sur l’occupation des divers espaces commerciaux de nos collectivités et planifier les mesures de reconversion des espaces commerciaux excédentaires.
  10. Moderniser la fiscalité municipale, notamment dans le contexte du virage du commerce en ligne.
  11. Adopter une politique nationale d’aménagement du territoire.

Source : coalition Cœurs de villes et villages

Une situation déjà critique exacerbée par la pandémie

La coalition Coeurs de villes et villages n’a pas été créée en réponse à la pandémie. Elle a ironiquement commencé ses activités quelques semaines avant l’arrivée du virus dans la province.

La revitalisation des centres-villes ce n’est pas d’aujourd’hui , affirme le président d'Action patrimoine Guy Drouin. Il explique que dès les années 1930 et 1940, les centres-villes ont été laissés de côté au profit des centres commerciaux, avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui.

Le groupe estime que la dévitalisation des centres-villes a simplement été accélérée par la crise sanitaire.

50 millions pour la relance

L’automne dernier lors de sa mise à jour budgétaire, le ministre québécois des Finances Éric Girard a annoncé un investissement de 50 millions de dollars sur deux ans pour encourager la production québécoise et l’achat local et permettre la relance économique des centres-villes de la province. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction selon la coalition, mais il manque de détails.

On souhaite avoir des précisions sur comment sera dépensé le 50 millions et est-ce que ça aura l’effet levier souhaité et sollicité de notre part pour permettre cette relance économique , explique le directeur général du Regroupement des sociétés de développement commercial du Québec Jean-Pierre Bédard.

De plus, les organismes croient que 50 millions de dollars ne suffiront pas pour ramener aux centres-villes leur gloire d'antan.

Jeanne Robin de l’organisme Vivre en ville estime aussi qu'au-delà d’investissements, le gouvernement doit prendre des engagements pour que les futures décisions soient prises en tenant compte de l’avenir des coeurs de villes et de villages. Par exemple, à travers une stratégie de localisation des édifices publics qui prioriserait les centres-villes.

Nous allons prendre connaissance des demandes de la Coalition. Une somme de 50 millions de dollars a été réservée dans la dernière mise à jour économique afin de relancer les centres-villes. Une annonce sera faite dans les prochaines semaines, a réagi le ministère de l'Économie et de l'Innovation, lundi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !