•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un restaurant albertain défie les règles de santé publique

Le propriétaire du restaurant Whistle Stop Cafe Christopher Scott en entrevue à l'extérieur.

Le propriétaire du restaurant Whistle Stop Cafe continue de défier les mesures de santé publique liées à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Scott Neufeld / CBC

Radio-Canada

Le restaurant Whistle Stop Cafe, à Mirror, en Alberta, continue de servir des clients et de défier les mesures de santé publique liées à la COVID-19.

Toute la fin de semaine, le restaurant a ouvert ses portes et ainsi violé un avis publié vendredi par Services de santé Alberta, qui a ordonné la fermeture de l’établissement.

Le Whistle Stop Cafe, situé à 70 kilomètres au nord-est de Red Deer, comprend un restaurant, un dépanneur, une station-service et un terrain de camping.

Le propriétaire, Christopher Scott, estime que les restrictions en place depuis la mi-décembre durent depuis trop longtemps. Selon lui, les responsables de la santé publique ont mal géré la crise sanitaire, et ce sont les petites entreprises qui en subissent les conséquences.

Il dit qu'il n'a plus d’argent, qu’il a perdu ses économies avec la pandémie et qu’il doit ouvrir son commerce pour vivre, sans quoi il risque de tout perdre.

Au point où j’en suis, je leur dis : "Allez-y, donnez-moi une amende", lance-t-il. Vous avez déjà détruit mon entreprise; toutes mes économies ont disparu.

M. Scott a été averti qu’il pourrait recevoir des amendes et des ordonnances de comparaître devant le tribunal. Malgré cela, il compte garder son commerce ouvert aussi longtemps que possible.

Il y a un moment où nous ne pouvons plus dire que nous allons suivre les règles aveuglément.

Christopher Scott, propriétaire du Whistle Stop Cafe

Dimanche, le Whistle Stop Cafe n'avait reçu aucune amende, mais les responsables de la santé publique disent continuer de surveiller le commerce, avec l'aide de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Bashaw.

D'autres commerces se plaignent

Christopher Scott n'est pas le seul à avoir défié les restrictions de santé publique ces dernières semaines.

Des entreprises de partout en Alberta, notamment des salons de coiffure, des salons de tatouage et des restaurants, ont enfreint les ordonnances sanitaires.

La semaine dernière, la province a levé quelques restrictions, et les commerces de services personnels – comme les coiffeurs et les tatoueurs – ont été autorisés à rouvrir sur rendez-vous, mais les restaurants doivent encore limiter leurs services aux plats à emporter et à la livraison.

Les entreprises qui contreviennent aux restrictions s'exposent à des amendes de 1000 $ par contravention, et jusqu'à 100 000 $ devant les tribunaux.

La caporale Teri-Ann Bakker, de la GRC, précise que l’application de la loi est un dernier recours : La GRC se concentre toujours sur l'éducation et la collaboration avec les membres du public qui ne suivent pas les mesures de santé publique établies par les autorités de santé publique.

Christopher Scott dit qu'il a reçu une vague de soutien de gens de partout en Alberta, y compris des dons et une promesse de couvrir les frais juridiques de l'entreprise en cas d'amende.

Nous fonctionnons actuellement à 50 % de notre capacité et nous sommes pleins de 9 h à 17 h, toute la journée.

Christopher Scott propriétaire du Whistle Stop Cafe

Nous allons continuer, nous allons agrandir cet endroit, dit-il.

Selon Brittany Fillion, qui a dîné au restaurant dimanche, le risque d'une amende valait la peine pour soutenir une entreprise locale en difficulté.

Ils essaient de gagner leur vie et nous soutenons cela.

D'après les informations de Thandiwe Konguavi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !