•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme accusée de maltraitance sur un aîné de Magog

Une voiture de la Régie de police Memphrémagog

L'accusée possédait une résidence secondaire à Magog fait face à six chefs d'accusation, dont un pour séquestration, pour voies de fait, et pour avoir omis de fournir les éléments nécessaires à la vie d’une victime dont elle avait la charge.

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie

Radio-Canada

Une femme de Longueuil, qui possédait une résidence secondaire à Magog, fait face à six chefs d'accusation en lien avec de la maltraitance sur une personne aînée.

Elle fait notamment face à des accusations de séquestration, voies de fait, et pour avoir omis de fournir les éléments nécessaires à la vie d’une personne, dont elle avait la charge.

En octobre 2019, des ouvriers ont découvert l'homme qui gisait inconscient à l’extérieur de la résidence magogoise de Danielle Guénette, a expliqué le capitaine aux opérations de la Régie de police de Memphrémagog Mario Leblanc au micro de Par ici l’info.

Suite au transport de cette personne qui était mal en point, le Service de police a été mis au fait que la personne semblait avoir de grandes lacunes au niveau alimentaire, était en hypothermie, des choses comme ça. Une enquête de négligence et d’abus a été ouverte à la Régie de police, note-t-il.

Il invite les citoyens à rapporter les cas de maltraitance dont ils sont témoins. 

Je vous dirais que c’est le mot d’ordre. On encourage les gens à faire de la dénonciation.

Mario Leblanc, capitaine aux opérations de la Régie de police de Memphrémagog

Ce n’est pas nécessairement toujours la judiciarisation qui est la voie, qui va être privilégiée. Des fois, quand on parle d’abus de personnes aînées, ça affecte les gens de la famille, puis là, les gens ont de la difficulté à dénoncer ça parce que ça va être leurs enfants qui sont leur bourreau, si on veut. On dit aux gens signalez-le, et puis on va s’ajuster avec tous les intervenants, ajoute-t-il.

La femme a été remise en liberté et son dossier reviendra devant le tribunal le 16 mars. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !