•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fermiers biologiques en faveur de l'extension de l’irrigation agricole à l’Î.-P.-É.

Un champ de pommes de terre à l'Île-du-Prince-Édouard et le pont de la Confédération à l'horizon.

Les producteurs biologiques souhaitent qu’une loi provinciale sur l’eau soit bientôt promulguée afin de protéger la nappe phréatique de l’île

Photo : Getty Images / onepony

Radio-Canada

Des membres de la Coopérative des producteurs biologiques certifiés de l’Île-du-Prince-Édouard ont demandé au gouvernement de la province d’étendre la capacité d’irrigation des fermes tout en établissant un cadre de règles strict. La proposition a été présentée lors d'une séance du comité permanent sur les ressources naturelles, à l'Assemblée législative, jeudi dernier.

Selon la coopérative, la consommation résidentielle d’eau et l’usage de cette ressource naturelle dans la production d’aliments devraient être les priorités dans la loi provinciale sur l’eau.

Les agriculteurs auraient ainsi une priorité plus élevée dans l’usage de l’eau que d’autres utilisateurs industriels, notamment les terrains de golf et les lave-autos.

Les fermes de l'Île-du-Prince-Édouard produisent près du quart des pommes de terre du Canada.

Une législation sur la gestion de l'eau a été adoptée en 2017 à l'Île-du-Prince-Édouard, mais les règles n’ont toujours pas force de loi.

Photo : Radio-Canada / CBC

Le collectif d’agriculteurs défend que tout producteur désirant utiliser un système d’irrigation dans la province doive suivre certaines pratiques de gestion du sol et de rotation des cultures.

Le but serait de maximiser la rétention de l’eau dans la terre et d’optimiser la quantité de ressources utilisées.

Selon cette stratégie, la consommation d’eau dans ces fermes serait mesurée, alors qu’un système de facturation serait souhaitable.

Les recommandations ont été soumises au ministère provincial de l’Environnement.

Critique au moratoire sur les puits à grande capacité

Le président de la coopérative, Brian MacKay, a durement critiqué le moratoire sur les puits d’irrigation à grande capacité qui est en vigueur dans la province.

Il a déclaré que le moratoire n'a pas atteint son objectif de protéger l’approvisionnement en eau de la province, car les grandes fermes auraient trouvé des solutions pour détourner les règles.

Selon M. Mackay, certains agriculteurs installent plusieurs puits de faible capacité et les utilisent pour remplir des bassins de retenue. Le moratoire n’a pas restreint l’eau. Il a restreint le puits d’eau profonde, et c’est tout, a-t-il déclaré.

Depuis 2002, les agriculteurs de la province n’ont pas le droit de creuser des puits à grande capacité dans la province en raison de ce moratoire.

Le nom de l'entreprise est écrit sur le mur extérieur de l'usine

Un rapport de Statistiques Canada divulgué en décembre 2020 a révèle que l’Île-du-Prince-Édouard a été devancée par le Manitoba et par l’Alberta dans le classement des provinces productrices de pommes de terre, en 2020. La sécheresse qui a vécu la province insulaire à l'été aurait compris la production.

Photo : CBC

Par ailleurs, de grands acteurs de l’industrie de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard, notamment l'organisme P.E.I. Potato Board et le transformateur Cavendish Farms, plaident depuis des années pour la levée du moratoire.

Selon eux, la quantité réduite des précipitations dans les dernières années ne permet pas aux agriculteurs d'avoir une récolte optimale.

La promulgation d'une loi provinciale sur l'eau

La Coopérative des producteurs biologiques certifiés travaille depuis plus de trois ans auprès des autorités pour promulguer la loi provinciale sur l’eau.

Une législation sur la gestion de cette ressource naturelle a été adoptée en 2017, mais les règles n’ont pas été finalisées et n’ont donc toujours pas force de loi.

Le gouvernement de la province a demandé, quant à lui, plus de temps pour mettre en place de nouvelles réglementations avant de promulguer le texte législatif.

En novembre dernier, la commission permanente sur les ressources naturelles a recommandé que le gouvernement promulgue immédiatement la loi sur l’eau et étende le moratoire à tous les nouveaux puits de grande capacité, à l’exception de ceux destinés à un usage résidentiel.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !