•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux pétrolières atteignent déjà la carboneutralité

Les installations de capture du carbone près de la raffinerie Sturgeon, près d'Edmonton.

Les deux entreprises récupèrent le CO2 d'autres usines pour l'injecter dans le sol et récupérer du pétrole.

Photo : YouTube/Enhance Energy

Radio-Canada

Alors que la plupart des entreprises se fixent comme objectif 2050 pour atteindre la carboneutralité, deux entreprises pétrolières albertaines affirment enfouir déjà plus de CO2 qu’elles n’en produisent.

Enhance Energy et Whitecap Resources utilisent toutes les deux les technologies de capture et de stockage du carbone (CSC) ainsi que la récupération assistée du pétrole.

Située au nord de Red Deer, l’exploitation d’Enhance Energy fait partie du pipeline Alberta Carbon Trunk Line (ACTL). Elle récupère le CO2 produit par une usine d’engrais chimique et une raffinerie situées au nord-est d’Edmonton. 

Le dioxyde de carbone est injecté dans le sol pour faire remonter le pétrole jusqu'alors inaccessible.

Une carte montre le tracé du nord au sud du projet ACTL.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le CO2 capté est envoyé de la raffinerie pétrolière Surgeon, au nord d'Edmonton, jusqu'à un champ pétrolifère à Clive, au centre de l'Alberta.

Photo : Courtoisie : Enhance Energy

Selon les informations de l’entreprise qui a commencé son activité à l’automne, 4000 tonnes de CO2 sont enfouies chaque jour, soit l’équivalent de la combustion de 80 000 véhicules sur les routes. 

Puisque la compagnie produit encore assez peu de pétrole, environ 200 barils par jour, le différentiel d’émissions est très négatif , selon le PDG de l’entreprise, Kevin Jabusch.

La compagnie souhaite augmenter sa production de pétrole de 4000 à 5000 barils par jour dans les cinq prochaines années, mais même avec cette croissance, elle croit pouvoir rester carboneutre. 

Vu l’évolution du prix du carbone, il y a un fort incitatif à maximiser le volume de carbone que nous séquestrons , croit M. Jabusch. 

La taxe carbone atteindra 170 $ la tonne en 2030 sous le gouvernement libéral.

Kevin Jabusch se tient devant les installations d'Enhance Energy.

Kevin Jabusch est le président d'Enhance Energy.

Photo : Radio-Canada / Kyle Bakx

La carboneutralité, un titre qui attire les investisseurs

L’entreprise Whitecap Resources utilise le même procédé à plus grande échelle à son exploitation de Weyburn en Saskatchewan. Le CO2 est récupéré d’une centrale saskatchewanaise d’électricité produite à partir du charbon et d’une usine du Dakota du Nord.

Selon la compagnie dont les données sont encore en cours d’audit, deux millions de tonnes de C02 sont enfouies chaque année. La production de 25 000 barils par jour ne conduit qu’à l’émission de 1,4 million de tonnes de dioxyde de carbone par an, ce qui en fait une compagnie carbonégative.

L’entreprise exclut cependant de son calcul les émissions produites par la consommation du pétrole.

Le président de Whitecap Resources Grant Fagerheim voit cette alliance de la séquestration du carbone et de la récupération assistée du pétrole comme une solution essentielle aux critiques environnementales.

Chaque conversation aborde la question de la captation et du stockage du carbone et nous commençons à recevoir de plus gros investissements des États-Unis et du monde , affirme M. Fagerheim.

Une solution coûteuse

Ces solutions ne sont toutefois pas sans critique. Le président de Whitecap Resources avoue pour commencer que la CSC demande des infrastructures complexes et coûteuses.

La Alberta Carbon Trunk Line par exemple a coûté plus d’un milliard de dollars et a pris plus de 10 ans à se mettre en place.

Certaines organisations environnementales questionnent alors si un tel investissement ne serait pas plus utile pour développer des sources d’énergies renouvelables plutôt que pour verdir la production d’hydrocarbures.

L’incertitude entourant l’évolution de la taxe carbone n’aide pas non plus les entreprises à évaluer la rentabilité de tels projets.

D'après les entrevues de Kyle Bakx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !