•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : relayer les bons contenus pour lutter contre la désinformation

Un homme portant un masque chirurgical marche en regardant son téléphone intelligent.

Plus de 1200 personnes se sont déjà engagées à participer à cette campagne numérique (archives).

Photo : iStock / Moha El-Jaw

Émilie Vast

Une coalition de scientifiques, communicateurs et experts en santé lance #LaScienceDabord, une campagne nationale de sensibilisation pour lutter contre la désinformation sur la COVID-19, notamment celle liée à la vaccination.

L'objectif est d’inonder les médias sociaux, d’essayer de faire barrage à la désinformation et de donner de la visibilité aux contenus scientifiques de qualité, peut-on lire dans un communiqué de presse de l'Association canadienne des centres de sciences, établie en Ontario.

L'association est, avec le Health Law Institute de l'Université de l'Alberta et COVID-19 Resources Canada, à la tête de cette initiative.

La désinformation est une grave menace imminente pour la vie de tous les Canadiens et toutes les Canadiennes, affirme Timothy Caulfield, de la chaire de recherche du Canada en droit et politique de la santé à l'Université de l'Alberta, dans le communiqué. Il est prouvé qu'elle constitue un des facteurs alimentant les infections à la COVID-19 et qu'elle dissuade la population canadienne de se faire vacciner, ajoute-t-il.

Pour qualifier cette surabondance d’informations erronées, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) parle d’infodémie.

La diffusion d’informations fausses coûte des vies.

Une citation de :Organisation mondiale de la santé

Selon l’OMS, s’il n’existe pas un climat de confiance, et si l’on ne diffuse pas des informations justes, la population n’utilisera pas les tests de diagnostic, les campagnes de vaccination [...] n’atteindront pas leurs objectifs et le virus continuera à se propager.

Caisse de résonance

Pour lutter contre cette infodémie, la coalition relaiera sur les réseaux sociaux du contenu scientifique déjà existant. Elle en créera également.

Les réseaux sont pleins et remplis de fausses informations qui se propagent tellement rapidement et avec beaucoup de facilité. On s’est dit qu’on allait prendre les mêmes armes, bien s’équiper sur les réseaux sociaux, pour que les bonnes informations [...] se propagent à la même vitesse, explique Chantal Barriault, directrice du Programme d’études supérieures en communication scientifique à l’Université Laurentienne en Ontario.

La campagne se déroule sur Twitter, Facebook et Instagram. Les Canadiens sont invités à participer en s’inscrivant sur le site Internet qui y est consacré. Ils devront ensuite, d’une part, relayer des contenus scientifiques et, d'autre part, identifier les contenus faisant de la désinformation.

Ailleurs sur le web :

Le site Internet voué à la campagne #LaScienceDabord (Nouvelle fenêtre)

Tara Moriarty, professeure agrégée en maladies infectieuses à l'Université de Toronto et coresponsable de COVID-19 Resources Canada, souligne que cette initiative fait en sorte que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens soient habilités à partager les meilleures informations de nature scientifique.

D’après Chantal Barriault, il faudrait plus de 100 000 participants pour que la campagne ait un impact. Pour l'instant, plus de 1200 personnes se sont inscrites.

Au-delà de la COVID-19

Également citée dans le communiqué, Marianne Mader, directrice générale de l'Association canadienne des centres de sciences, espère que cette initiative permettra de bâtir des ponts entre les scientifiques, les communicateurs [...], les organismes communautaires et les publics locaux.

Nous envisageons que ce cadre conceptuel soit utilisé au-delà de la pandémie de COVID-19 afin de nous atteler à d'autres types de désinformation dans le domaine de la science, précise-t-elle. 

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !