•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès du chanteur Jacob Hoggard a été reporté à 2022

Le musicien du groupe Hedley fait face à des accusations de nature sexuelle.

Un homme chante sur scène.

Jacob Hoggard, du groupe Hedley

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Jean-Philippe Nadeau

La Couronne et la défense ont convenu lundi, avec l'accord de la juge, de remettre au 3 janvier 2022 le procès du chanteur Jacob Hoggard à cause de la COVID-19.

Le musicien de 36 ans fait face à trois accusations de nature sexuelle pour des faits qui se seraient passés en 2016 dans la région torontoise.

Le procès du chanteur devait débuter le 12 avril 2021, mais tous les procès avec jury ont été suspendus en Ontario jusqu'à la fin de mai pour le moment.

Jacob Hoggard avait plaidé non coupable à l'ouverture de son enquête préliminaire en juillet 2019 à des accusations de contacts sexuels inappropriés et d'agression sexuelle ayant causé des lésions corporelles contre une femme et une mineure.

Il avait demandé à l'époque un procès avec jury.

Mug shot.

La police de Toronto a publié le portrait de Jacob Hoggard.

Photo : Police de Toronto

Le chanteur avait été arrêté à l'été 2018 après une enquête de quatre mois. Tous les concerts du groupe avaient alors été suspendus.

Jacob Hoggard n'était pas présent lundi à l'audience qui aurait dû porter sur les motions d'avant-procès. Son avocate, Megan Savard, a expliqué que son client était en Colombie-Britannique et qu'il ne pouvait se déplacer à cause de la pandémie.

Une illustration de la procureure de la Couronne, Jill Witkin, à son bureau.

La procureure de la Couronne, Jill Witkin

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

La procureure de la Couronne, Jill Witkin, a pour sa part fait savoir que ses témoins ne pouvaient non plus se rendre au palais de justice de Toronto pour le début de ces audiences en personne.

La juge Gillian Roberts, de la Cour supérieure de l'Ontario, a reconnu qu'il serait difficile dans les circonstances de fixer avec certitude une nouvelle date de procès après l'échéance du 31 mai et qu'il valait mieux le reporter à l'an prochain.

Les parties devront se réunir de nouveau à la fin de mars pour décider si possible d'une date d'audience pour entendre les motions en question, comme prévu cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !