•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis en tête de la course à l'intelligence artificielle

Rendement en trois dimensions d'une main humaine et d'une main de robot pointant vers un cerveau multicolore.

La Chine se place juste derrière les États-Unis, avec notamment 214 des 500 supercalculateurs les plus puissants au monde.

Photo : getty images/istockphoto / Peshkova

Agence France-Presse

Les États-Unis mènent la course au développement et à l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA), tandis que la Chine progresse rapidement et que l'Union européenne est à la traîne, selon un rapport publié lundi.

Cette étude de la Fondation pour les technologies de l'information et l'innovation (ITIF) a comparé les avancées de différents pays à l'aide de 30 paramètres, dont le talent humain, l'activité de recherche, le développement commercial et l'investissement dans le matériel et les logiciels.

Les États-Unis montent sur la première marche du podium, selon ce rapport fondé sur des données de 2020, avec un score global de 44,6 points sur une échelle de 100 points. Ils sont en tête notamment dans des domaines clés tels que l'investissement dans les entreprises émergentes et le financement de la recherche et du développement.

La Chine et ses superordinateurs

Vient ensuite la Chine qui, avec 32 points, a fait des progrès dans plusieurs domaines et comptait, l'an passé, 214 des 500 plus puissants supercalculateurs du monde, soit plus que n'importe quel autre pays – 113 pour les États-Unis et 91 pour l'Union européenne (UE).

L’UE n'obtient que 23,3 points, mais s'en tire mieux en matière de publications de recherche.

Le gouvernement chinois a fait de l'IA une priorité absolue, et les résultats sont visibles, a déclaré Daniel Castro, directeur du Centre pour l'innovation des données de l’ITIF, et auteur principal du rapport.

Les États-Unis et l'Union européenne doivent prêter attention à ce que fait la Chine et y répondre, car les pays qui mènent le développement et l'utilisation de l'IA façonneront son avenir et amélioreront considérablement leur compétitivité économique, tandis que ceux qui prennent du retard risquent de perdre leur compétitivité dans des industries clés, a-t-il souligné.

La Chine a publié 24 929 articles de recherche sur l'IA en 2018, selon les données les plus récentes, contre 20 418 pour l'Union européenne et 16 233 pour les États-Unis, détaille le rapport.

Recherche de qualité supérieure aux États-Unis

Cependant, la qualité moyenne de la recherche américaine est toujours supérieure à celle de la Chine et de l'Union européenne, précise Daniel Castro, ajoutant que les États-Unis restent le leader mondial dans la conception de puces pour les systèmes d'IA.

Pour rester compétitive, l'Europe doit, selon le rapport, renforcer les incitations fiscales à la recherche et développer les instituts de recherche publics dans ce domaine.

Quant aux États-Unis, ils doivent, pour maintenir leur avance, renforcer le soutien à la recherche et au déploiement de l'IA, et redoubler d'efforts pour développer les talents dans le pays tout en attirant ceux du monde entier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !