•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune décision encore quant à la fin du couvre-feu au Québec, dit le Dr Arruda

Affiche au bord d'une autoroute qui indique les heures du couvre-feu. À l'arrière-plan, les phares des voitures en mouvement.

En entrevue à Radio-Canada, le Dr Horacio Arruda a soutenu que la décision de lever le couvre-feu n'a pas encore été prise. (Archive)

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec ne s’avance pas sur la date de levée du couvre-feu alors que les Québécois entament une 3e semaine de restriction sur les déplacements entre 20 h et 5 h.

En entrevue lundi à l’émission Les matins d’ici, le Dr Horacio Arruda, directeur de la santé publique du Québec, a fait le point sur la situation. 

Pour ce qui est de savoir s’il entrevoit de lever le couvre-feu dans les prochains jours, le Dr Arruda a expliqué que son équipe doit envisager plusieurs éléments.

Il y a le nombre de cas, c’est un élément, mais il faut être capable de voir notre capacité de voir des cas et de les isoler. Et ensuite, l’impact sur le milieu hospitalier; est-ce qu’on a encore des hospitalisations en augmentation? Ça, ça arrive habituellement trois semaines après les éléments. Il faut que le niveau de cas, notre capacité d'enquêter et l'application des mesures soient au rendez-vous pour qu’on soit capable de relâcher, a -t-il dit.

Horacio Arruda en point de presse.

Le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Actuellement on baisse progressivement, on atteint un certain plateau, mais ça ne prend pas grand-chose pour que ça se remette à monter et qu’on reparte encore le feu de forêt.

Le Dr Horacio Arruda, directeur de la santé publique du Québec

Selon lui, le couvre-feu a l’effet escompté. C'est important que les gens comprennent, ce n’est pas une seule mesure qui va faire que ça marche. Le couvre-feu comme tel, ce n’est pas par lui-même qu’il fonctionne. Ça entraîne une diminution du nombre de contacts, particulièrement le soir, quand les gens se rassemblaient dans les maisons.

Il y a plus de gens qui disent : "Je ne vais pas sortir pour revenir après telle heure parce que je vais me faire arrêter", poursuit le Dr Arruda. C'est ça, l’effet du couvre-feu, associé à toutes les autres mesures. D'où l'importance que les gens comprennent que c'est les autres mesures qu’il faut appliquer, mais le couvre-feu a cet effet dissuasif en [matière] de comportemental général.

Le Dr Arruda indique qu’aucune décision n'a été prise. On est à évaluer les données actuelles, mais je vous dirais qu’on est encore dans une situation sérieuse, et même dans les endroits où ça va très bien, il faut faire très attention à ce stade-ci de relâcher tout rapidement parce qu’on est tanné. Alors que, de un, on n’a pas assez de vaccins pour vacciner une bonne portion de la population, et de deux, avec cette menace d'une nouvelle souche, il faut rester prudent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !