•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin de Moderna efficace contre les variants britannique et sud-africain

Quatre petites bouteilles de verre contenant un liquide transparent.

La pharmaceutique Moderna développe aussi des vaccins de rappel ciblés contre les variants du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La pharmaceutique Moderna annonce les résultats d’études qui démontrent que son vaccin contre la COVID-19 neutralise également les nouvelles souches du coronavirus repérées pour la première fois au Royaume-Uni et en République d'Afrique du Sud.

Pour mesurer l’efficacité de son vaccin contre les deux variants, Moderna a mandaté le Centre de recherche sur les vaccins du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID). Ce dernier a procédé à des tests de neutralisation in vitro en utilisant du sérum prélevé sur des personnes qui avaient déjà reçu le vaccin de Moderna contre la COVID-19.

Le vaccin Moderna COVID-19 a produit des titres neutralisants contre toutes les variantes émergentes clés testées, y compris B.1.1.7 et B.1.351, identifiées pour la première fois au Royaume-Uni et en République d'Afrique du Sud, respectivement, peut-on lire dans un communiqué de Moderna Therapeutics publié ce matin.

Le schéma de deux doses du vaccin COVID-19 Moderna à la dose de 100 µg devrait protéger contre les souches émergentes détectées à ce jour, précise le texte.

Nous pensons qu'il est impératif d'être proactif au fur et à mesure que le virus évolue. Nous sommes encouragés par ces nouvelles données.

Stéphane Bancel, directeur général de Moderna

Pour étudier l'efficacité de son vaccin sur les nouveaux variants du virus, les chercheurs ont effectué des prélèvements de sang sur huit personnes ayant reçu les deux doses du vaccin Moderna ainsi que sur plusieurs primates également immunisés contre la maladie. Les résultats de ces travaux seront publiés sous peu et soumis à l'étude de la communauté scientifique internationale.

Bien que la prudence soit de mise face à ces résultats préliminaires, il s'agit malgré tout d'une bonne nouvelle dans la mesure où la propagation dans le monde de versions plus agressives et plus contagieuses du coronavirus met à rude épreuve la capacité des systèmes de santé et des gouvernements à lutter contre la pandémie.

Selon une étude publiée en décembre, le nouveau variant du coronavirus détecté au Royaume-Uni est de 50 % à 74 % plus contagieux que sa version initiale, ce qui signifie une augmentation très rapide des décès, des éclosions et des hospitalisations dans les endroits où ce variant se répandra.

Consciente de cette course contre la montre engagée contre la maladie, Moderna affirme qu’elle étudie actuellement l'efficacité d'une troisième dose à administrer de façon préventive.

Le laboratoire travaille également à la mise au point d’un vaccin de rappel qui ciblerait précisément la variante B.1.351 découverte pour la première fois en République d'Afrique du Sud.

Les tests ont en effet révélé une réduction par six des niveaux d'anticorps contre le variant sud-africain. Mais malgré cette réduction, les niveaux d'anticorps restent au-dessus de ce qui est attendu comme nécessaire pour procurer une protection, assure Moderna.

Par excès de prudence et en tirant parti de la flexibilité de notre plateforme d'ARNm, nous faisons avancer en clinique un candidat de rappel contre la variante identifiée pour la première fois en République d'Afrique du Sud, afin de déterminer s'il sera plus efficace de renforcer les titres contre cette variante et potentiellement contre les variantes futures, explique Stéphane Bancel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !