•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la grogne entoure la consultation publique sur la compensation d’Hydro-Québec

La mairesse de Saguenay Josée Néron accorde une entrevue à l'extérieur.

La consultation publique proposée par la mairesse de Saguenay Josée Néron ne fait pas l'unanimité.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’idée de créer un parcours historique et numérique axé sur Arvida et sur Saint-Jean-Vianney ne fera finalement pas partie de la consultation populaire de la Ville de Saguenay, dont l’objectif sera de déterminer comment utiliser la somme de près de 600 000 $ versée par Hydro-Québec dans le cadre de la construction de la ligne électrique Micoua-Saguenay.

C’est ce qu’annonce le directeur général du Centre d’histoire Arvida, Carl Gaudreault, dans un bref communiqué.

À son avis, il est à la fois déloyal et inéquitable de mettre en compétition l’idée de créer un parcours historique et numérique qui émane de son organisme avec des projets pilotés par la Ville de Saguenay.

Au moment où la tenue de la consultation publique avait été annoncée, la mairesse de Saguenay avait indiqué que les citoyens allaient être invités à se prononcer en ligne sur le bien-fondé de trois projets entre le 28 janvier et le 11 février.

Elle faisait alors allusion au parcours historique et numérique, à la cure de jeunesse du parc de la Rivière-aux-Sables et à l’aménagement des terrains extérieurs du futur centre multisport de Jonquière.

Le parc de la Rivière-aux-Sables se dresse sous un ciel bleu.

Le parc de la Rivière-aux-Sables en saison estivale

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Bien qu’il le retire de la consultation populaire, Carl Gaudreault continue de croire fermement en la pertinence du projet piloté par l’équipe du Centre d’histoire Arvida.

Il écrit qu’il a un grand potentiel.

M. Gaudreault ajoute que sa création favoriserait non seulement la circulation de contenus historiques au sein de la population, mais aussi le développement du Centre d’histoire Arvida.

Il conclut son court communiqué en faisant remarquer que l’épisode de la consultation publique n’aura finalement été qu’un rendez-vous manqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !