•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas d'accès satisfaisant à Internet pour des familles de Gatineau

Patrick Lafrenière et ses deux fils devant leur maison.

En pleine pandémie, il est difficile pour la famille de Patrick Lafrenière de jongler entre télétravail et école en ligne avec un accès Internet très restreint.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada

Bon nombre de citoyens de Gatineau déplorent les interminables délais pour obtenir un accès fiable à Internet. Alors que des milliards de dollars ont été annoncés pour brancher les Canadiens à Internet, la patience fait place à la frustration devant l'absence de changements.

Au Québec, 40 000 foyers ne sont pas branchés dont des milliers, en Outaouais et ce, malgré les milliards de dollars investis par les gouvernements dans les dernières années.

Quand Patrick Lafrenière dit qu’il n’a pas accès à l’Internet haute vitesse, les gens croient souvent qu’il habite loin. Non, non, très très proche , leur répond-il. À trois kilomètres au nord de l’autoroute 50, le chemin Saint-Colomban à Gatineau où il habite, impossible d’y avoir accès.

Pourtant, à moins de deux kilomètres au sud, sur le chemin Saint-Thomas, Bell offre ce service. Et un peu plus au nord, à Val-des-Monts et à Cantley, les résidents ont accès à l’Internet haute vitesse.

Alors que le gouvernement demande aux employeurs de privilégier le télétravail, c’est impossible pour la famille de M. Lafrenière. Le télétravail, l’école à la maison, c’est pratiquement impossible de faire tout ça ayant quatre enfants à la maison , déplore-t-il.

Résultat, sa conjointe doit se rendre chez ses parents pour travailler. La seule façon d’avoir l’Internet haute vitesse dans le secteur est par satellite avec Xplornet.

En novembre 2020, le gouvernement fédéral a ajouté 750 millions de dollars supplémentaires au milliard de dollars promis dans son budget de 2019 pour fournir un accès Internet haute vitesse partout au pays.

Ça ouvre la porte à un plus grand nombre de projets et à une plus grande diversité de projets, indique le député libéral du Pontiac, William Amos. Ces investissements visent à accélérer l'ambition du gouvernement d'avoir 98 % des Canadiens connectés à Internet haute vitesse en 2026 et 100 % en 2030, renchérit-il.

M. Amos est bien conscient qu'il s'agit d'un effort de longue haleine, mais il rappelle que ce genre de projet coûte extrêmement cher. Le député a aussi indiqué que le gouvernement fédéral a déjà investi 6,2 milliards dans des projets d'Internet haute vitesse depuis 2015.

Une route de gravier enneigée.

Les résidents du chemin Saint-Colomban à Gatineau n'ont pas accès à Internet.

Photo : Radio-Canada

Pour brancher les communautés des régions éloignées, le gouvernement fédéral compte sur une entente de 600 millions de dollars avec l’opérateur Télésat afin de fournir un accès à large bande passante par satellite dans ces régions.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada la semaine dernière, Bell dit participer à des programmes de partenariat gouvernementaux visant à offrir un accès supplémentaire par fibre optique à plusieurs milliers de foyers d’ici 2022.

Mais ce n’est rien pour rassurer les résidents qui doutent de la sincérité des fournisseurs. Ça fait 10 ans qu’on a la même réponse : d'ici deux ans. [...] C’est de la frustration, se désole Keny Burton qui vit la même situation que M. Lafrenière.

Pas de connexion si ce n’est pas rentable

Denise Cyr entreprenait déjà ses premières démarches pour obtenir la fibre optique il y a environ sept ans.

La résidente du 6e rang, au coin de la montée Paiement tente tant bien que mal de garder espoir, mais après de nombreuses tentatives, c’est impossible, dit-elle.

Sa voisine est elle aussi entrée en contact avec des fournisseurs. Après de nombreux appels, on lui a répondu que nous n’étions pas assez nombreux sur cette rue-là donc ça ne valait pas la peine pour eux, ce n’était pas rentable, raconte Mme Cyr.

Denise Cyr est dehors devant un terrain boisé enneigé.

Denise Cyr tente d'obtenir un accès Internet fiable depuis près de sept ans.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

La dame se dit d’autant plus frustrée puisque son voisin bénéficie de la fibre optique grâce à un poteau qui se trouve sur le terrain de sa propriété. Mme Cyr s’est donc informée pour avoir la même connexion. On m’a répondu qu’on ne desservait pas ma rue parce que moi je ne suis pas sur montée Paiement.

La qualité de sa connexion Internet est telle que Mme Cyr raconte s’être stationnée chez des amis pour envoyer un courriel. Cette dernière a donc fait appel à l'OBNL 307 Net qui tente de connecter les résidents de la région.

Le directeur de 307 Net, John Lomoro explique qu'il lui est difficile de pouvoir brancher une maison au réseau. Même s'il y a un poteau, mentionne-t-il, on a besoin d'un permis pour relier la maison au poteau et ça, c'est un problème.

Son organisme a fait la demande de 25 permis pour brancher différents clients et seul l'un d'eux lui a été attribué. Selon M. Lomoro, ce problème avec Québec m'aide en rien la situation des gens de Gatineau.

Avec les informations de Marielle Guimond et de Jean-François Poudrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !