•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau variant est-il responsable d’une éclosion dans un foyer ontarien?

L'enseigne d'un foyer de soins de longue durée.

Le foyer de soins de longue durée Bradford Valley Care Community est aux prises avec une éclosion de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Radio-Canada

L'unité sanitaire du district de Simcoe Muskoka cherche à savoir si une éclosion dans un centre de soins de longue durée de la ville de Bradford West Gwillimbury est due au variant britannique du SRAS-CoV-2.

Une personne liée au foyer de soins de longue durée Bradford Valley Care Community a reçu un diagnostic positif au nouveau variant. Cette personne a été en contact étroit avec une autre personne qui fait partie de l'éclosion dans cette maison, peut-on lire dans un communiqué du bureau de santé publique régional.

Le Dr Charles Gardner, médecin hygiéniste du bureau de santé publique du district de Simcoe Muskoka, a déclaré que le laboratoire de santé publique de l'Ontario l’avait confirmé samedi.

Compte tenu de cette situation, nous travaillons en partenariat avec la résidence pour mettre en œuvre des mesures supplémentaires afin de contenir la propagation tout en poursuivant les tests nécessaires pour déterminer si c'est le variant britannique [du virus] qui est à l'origine de cette éclosion, a déclaré le Dr Gardner dans le communiqué.

Le Dr Charles Gardner parle devant des micros.

Le Dr Charles Gardner, médecin hygiéniste en chef de l'unité de santé de Simcoe Muskoka, a dévoilé que le variant pouvait potentiellement être lié à une seconde éclosion dans la région.

Photo : Radio-Canada

L'unité sanitaire a déclaré qu'elle travaillait à tracer tous les contacts de la personne ayant reçu le diagnostic positif.

Samedi, l'unité de santé a déclaré que le variant britannique – nommé B.1.1.7 – était à l'origine d'une éclosion mortelle au foyer de soins de longue durée Roberta Place à Barrie, en Ontario.

Une éclosion à Roberta Place, déclarée pour la première fois le 8 janvier, a entraîné le décès de 40 résidents et d’un membre du personnel pour un total de 41 en date de dimanche.

L'éclosion à Bradford Valley Care Community, quant à elle, a été déclarée le 14 janvier. Depuis samedi, 4 résidents sur 230 et 3 membres du personnel sur 260 ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

D'autres tests seront effectués pour déterminer si l'éclosion est due au variant britannique. L'éclosion est bien maîtrisée pour l'instant avec un nombre de cas relativement faible, explique le communiqué du bureau de santé publique.

La Dre Andrea Moser, médecin-chef de Sienna Senior Living, l’entreprise propriétaire de l'établissement, a déclaré que les membres du personnel du foyer s'efforçaient de contenir l'éclosion.

Nous sommes extrêmement vigilants dans notre surveillance des signes et symptômes de la COVID-19 et nous prenons toutes les mesures nécessaires pour protéger la sécurité de nos résidents et des membres de l'équipe, a déclaré la Dre Moser.

Nous travaillons de manière proactive avec les partenaires de la santé publique et de la communauté car la lutte contre le virus nécessitera l'expertise et la participation de chacun.

L'unité de santé a déclaré que son personnel avait vacciné la plupart des résidents de la Bradford Valley Care Community le 15 janvier, comme mesure de protection contre la COVID-19. 

Depuis le 16 janvier, tous les résidents des foyers de soins de longue durée de Simcoe Muskoka se sont vu offrir leur première dose de vaccin contre la COVID-19, a ajouté le bureau de santé.

Selon la Dre Moser, environ 60 % du personnel et 96 % des résidents de la Bradford Valley Care Community ont reçu la première dose du vaccin Pfizer.

La porte-parole du ministère des Soins de longue durée, Krystle Caputo, a déclaré à CBC News que le ministère travaillait à régler le problème. La situation au foyer Roberta Place souligne la nécessité pour tout le monde de rester à la maison pour arrêter la propagation de la COVID-19 et aider à protéger nos foyers de soins de longue durée, d'autant plus que nous trouvons plus de preuves de nouveaux variants dans nos communautés. C'est aussi un rappel brutal de la nécessité d'une plus grande vigilance à nos frontières avec les voyageurs entrants.

Nous tenons à remercier le personnel de l’Hôpital Orillia Soldiers Memorial, du bureau de santé publique, de l’Hôpital Royal Victoria, de Santé Ontario et de la Croix-Rouge canadienne, ainsi que ceux de Roberta Place, d’avoir travaillé 24 heures sur 24 à offrir des soins à leurs résidents.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !