•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe : des conseils scolaires se préparent à rouvrir leurs portes

Une femme portant un masque bleu sur le visage mesure avec un ruban à mesurer la distance entre deux pupitres dans une salle de classe.

Les cours en personne recommenceront à Toronto, Peel, Hamilton, Windsor et York le 10 février. Un certain nombre d'autres conseils n'ont toujours pas été informés de la date de leur reprise.

Photo : Getty Images / izusek

Radio-Canada

Tandis que certains élèves de l'Ontario retourneront en classe dans moins de trois semaines, les opinions divergent toujours à savoir si les salles de classe sont aussi sûres qu'elles devraient l'être.

Le gouvernement provincial a déclaré à CBC Toronto que son plan de réouverture des écoles de l'Ontario a été créé à par les meilleurs professionnels médicaux et scientifiques du pays, y compris ceux de SickKids et d'autres hôpitaux.

Les cours en personne doivent reprendre à Toronto, Hamilton, Windsor et dans les régions de Peel et de York le 10 février prochain. Un certain nombre d'autres conseils n'ont toujours pas été informés de la date de leur reprise.

Parmi les nouvelles mesures qui accueilleront les élèves à leur retour: de nouvelles exigences en matière de masques pour les élèves de la 1re à la 3e année, l'expansion des tests asymptomatiques volontaires et la poursuite du financement des améliorations aux systèmes de ventilation des écoles — bien que le gouvernement affirme qu'au moins 95 % des écoles ont déjà été modernisées.

Pendant ce temps, le plan de réouverture — et l'approche de la province en matière de sécurité scolaire en général — continue de susciter des réactions mitigées et de vives critiques.

Dr Adalsteinn Brown lors d'une conférence de presse en avril 2020.

Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Adalsteinn Brown, doyen de l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto et coprésident de la table consultative scientifique sur la COVID-19 en Ontario, a déclaré la semaine dernière à CBC Radio que la décision d'ouvrir des écoles doit être prise très, très soigneusement.

Les élèves qui se côtoient et qui propagent la maladie pourraient être très dangereux , a-t-il poursuivi.

En réponse à un article récent du Toronto Star qui rapportait que la province avait ignoré ou recomposé plusieurs conseils de sécurité dans les écoles, le NPD de l'Ontario n'a pas mâché ses mots.

Les parents, les enseignants, les travailleurs de l'éducation et les enfants vivent dans l'angoisse, la frustration et la peur, a déclaré le parti dans un communiqué, en ajoutant que le premier ministre a choisi d'économiser de l'argent plutôt que de prioriser la santé des enfants et leur éducation.

La province était aussi la cible des syndicats d'enseignants, à la fois pour les révélations de l'article du Toronto Star, mais aussi parce que les syndicats estiment qu’ils n’ont pas été consultés lors du processus de planification.

Ce que nous demandons, c'est d'avoir une table consultative où tous les intervenants sont là et où le gouvernement sera réellement attentif, a déclaré Liz Stuart, présidente de l'Ontario English Catholic Teachers Association, lors d’une entrevue avec CBC Toronto.

Selon les directives de l’hôpital SickKids, les fermetures d'écoles sont un dernier recours

Un élément du plan de retour à l'école qui a fait l’objet de peu de débats, c’est l'importance de réintégrer les élèves dans les classes physiques.

Une classe vide, les chaises levées sur les bureaux.

Selon l'hôpital SickKids, les fermetures d'écoles doivent être le dernier recours dans la lutte contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Dans son plan pour la réouverture des écoles publié jeudi dernier, l’hôpital SickKids a écrit que la suspension de l'apprentissage en personne devrait être un dernier recours pour le contrôle de la pandémie étant donné l'impact négatif important qu'elle peut causer.

Cet impact négatif a également fait l'objet d'une autre critique adressée au gouvernement la semaine dernière, cette fois-ci par un groupe communautaire surnommé Ouvrir les écoles et les garderies à temps plein en toute sécurité en Ontario .

La pire chose qu'ait faite notre gouvernement, c’est la fermeture universelle des écoles, quel que soit le taux de COVID dans les communautés, a écrit le groupe dans un communiqué.

Lundi, sept unités de santé renverront les étudiants dans des salles de classe en présentiel. Le Dr Zain Chagla, spécialiste des maladies infectieuses, s’en réjouit, étant donné les faibles taux de transmission communautaire dans ces régions.

C'est le moment de redémarrer les écoles et de surveiller de près ce qui se passera au cours des deux à quatre prochaines semaines, a-t-il déclaré dans une récente entrevue avec CBC News. Nous ne pouvons pas continuer […] de dire que les écoles sont le problème et de les fermer.

Les commissions scolaires se préparent

Pour les conseils scolaires qui envisagent de rouvrir leurs portes le 10 février, la tâche consiste maintenant à se préparer à déployer les nouvelles mesures.

Dawn Danko, présidente du conseil scolaire du district de Hamilton-Wentworth, dit qu'elle est reconnaissante d'avoir le temps de régler certains détails.

Par exemple, les tests asymptomatiques — lancés pour la première fois en tant que projet pilote dans certains points chauds de l'Ontario en novembre — seront maintenant déployés dans de nouvelles régions, y compris Hamilton.

Mme Danko est heureuse de l’apprendre, et souligne que ce que nous avons besoin de temps pour faire ici, c'est parler à la santé publique locale. Quelles seront les procédures à suivre? Qui effectuera les tests? a-t-elle expliqué en entrevue à CBC Toronto.

Une pile de livres sur un pupitre près de fenêtres dans une classe.

Nombre d'écoles n'ont pas de système de ventilation mécanique, d'où l'idée d'ouvrir les fenêtres régulièrement pour aérer.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En ce qui concerne les améliorations des systèmes de ventilation, Mme Danko dit que le travail proactif cet été et au début de l'automne signifie que chaque école de son conseil scolaire a été inspectée, et que des filtres à air HEPA ont été installés dans les salles de classe où la ventilation ne pouvait pas être améliorée.

Quarante nouveaux membres du personnel de garde ont également été embauchés, et le conseil prévoit d'embaucher encore plus de personnel cet hiver.

Le Toronto District School Board se sent lui aussi confiant pour le retour de ses élèves à l’école, écrivant à CBC Toronto dans un courriel qu'il a pris un certain nombre de mesures importantes depuis le début de l'année scolaire.

Avec les informations de Kate McGillivray de CBC News

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !