•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À vélo pour améliorer le statut d’artiste

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'artiste Arianne Deslions tient une affiche indiquant «Québec».

Des artistes pédaleront 230 kilomètres sur un vélo stationnaire pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Photo : Radio-Canada / Pierrick Pichette

Radio-Canada

Des travailleurs culturels se mettent au vélo dimanche à Sherbrooke pour améliorer leur statut d’artiste.

Le mouvement A-R-T, qui signifie Artistes Reconnu·es par une Rémunération Équitable au Travail, milite depuis plusieurs mois pour obtenir une révision des lois entourant leurs conditions de travail. 

Une délégation formée de travailleurs culturels et de personnalités publiques et politiques vont parcourir en vélo stationnaire les 230 kilomètres qui les séparent de l’Assemblée nationale pour porter symboliquement leur mémoire intitulé Être artiste, tout un contrat.

On s’est donné rendez-vous dans la vitrine de chez Mme Pickwick pour se faire une belle installation artistique et politique, explique d’emblée l’une des instigatrices de l’évènement, l’artiste Ariane DesLions.

L’image du vélo, c’est qu’il faut avancer si on ne veut pas perdre l’équilibre.

Ariane DesLions, artiste

Notre mémoire, sur lequel on a travaillé depuis les six derniers mois, offre des recommandations à la ministre de la Culture et des Communications pour la révision des lois qui entourent le statut juridique de l’artiste. Il y a un immense rattrapage pour faire cette mise à jour des lois. Ça fait plus de 30 ans qu’on la demande, ajoute-t-elle.

Les sympathisants de la cause peuvent aller signer une pétition en ligne en soutien au mémoire.

L’évènement se poursuit jusqu’à lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !