•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d’Ottawa se tourne vers le public pour sa nouvelle stratégie en santé mentale

Le quartier général du Service de police d'Ottawa.

Le quartier général du Service de police d'Ottawa. (archives)

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada

La démarche de consultation pour la nouvelle stratégie en santé mentale du Service de police d’Ottawa (SPO) sera présentée lundi à la Commission des services policiers d’Ottawa.

Les détails de la stratégie qui sera présentée se trouvent dans un rapport soumis par le chef du Service, Peter Sloly.

La stratégie reconnaît que le SPO se doit d’améliorer la manière dont ses membres interviennent lors de situations où entrent en jeu la santé mentale et la dépendance, indique par voie de communiqué le SPO.

Cette stratégie dirigée par la collectivité sera élaborée en collaboration avec des professionnels de la santé mentale et de dépendance, des organismes communautaires, des universitaires et des gens au vécu pertinent, peut-on lire également.

Personne des forces policières n’était disponible pour parler à CBC en vue de la présentation.

Abdirahman Abdi

Abdirahman Abdi, 37 ans, est mort en juillet 2016. (archives)

Photo : Courtoisie de la famille

La stratégie fait suite aux critiques du public concernant la mort d’Abdirahman Abdi. L’homme, d'origine somalienne qui souffrait de problèmes de santé mentale, est mort après une violente arrestation par deux agents du SPO en 2016.

Depuis, la coalition Justice pour Abdirahman a demandé une plus grande transparence et responsabilité des forces de l’ordre ainsi qu’une meilleure gestion policière des appels liés à la santé mentale.

Prendre le pouls de la communauté

Le rapport suggère de prendre le pouls de la communauté au moyen d’un questionnaire en ligne sur les expériences des gens avec la police, dont les données seraient partagées sur le site web du SPO et sur les médias sociaux.

Le plan inclut également des entretiens avec des membres de la communauté, des universitaires, des experts en la matière, des professionnels de la santé mentale, des spécialistes en toxicomanie et d’autres groupes, peut-on lire dans le rapport qui sera présenté lundi. Les entretiens ont d’ailleurs déjà commencé, indique le document.

Alors que les policiers s’appuient régulièrement d’accompagnateurs pour consulter et sensibiliser la population, la pandémie de COVID-19 les oblige à chercher des solutions de rechange, selon le rapport.

Le document propose que le SPO soit être en contact régulier avec des partenaires communautaires. Des publicités, des médias sociaux et des affiches pourraient aussi être utilisés pour présenter le travail accompli.

Les consultations devraient commencer au printemps, selon le SPO, qui se concentrera aussi sur la formation d’agents pour qu’un nombre accru de policiers bénéficie d’une formation spécialisée en santé mentale.

Les appels liés à la santé mentale en hausse

Toujours selon le rapport, le nombre d’appels liés à la santé mentale a augmenté en 2020.

L’an dernier, la police a répondu à 2354 appels dont la santé mentale était un enjeu comparativement à 2181 en 2019. Les chiffres étaient similaires les deux années précédentes.

Le SPO souligne que ces chiffres ne sont qu’une fraction des appels où la santé mentale pourrait être un facteur contributif.

Une partie du défi, croient les forces policières, est qu’il y a des lacunes dans les données sur la santé mentale et les dépendances.

Il n’existe pas de norme nationale régissant la collecte et la notification des appels via le système de répartition. Par conséquent, chaque service de police définit individuellement le type d’appel qu’il reçoit, son niveau de priorité et comment y répondre.

À l’heure actuelle, les appels logés au 9-1-1 sont dirigés vers la police, les ambulanciers ou les services d’incendie.

La police d’Ottawa souhaite que les répartiteurs des appels d’urgence aient la possibilité de rediriger ceux qui sont liés à la santé mentale dont les personnes ne sont pas en danger immédiat vers une équipe communautaire spécialisée en la matière.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !