•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme a reçu accidentellement deux vaccins différents contre la COVID-19

Antonietta Pollice et une infirmière.

Antonietta Pollice aurait accidentellement reçu une deuxième dose d'un vaccin différent contre la COVID-19 après avoir été transférée dans un nouveau centre d'hébergement et de soins de longue durée.

Photo : Patrizia Di Biase

Radio-Canada

Une Montréalaise de 97 ans pourrait être la première personne au Québec à avoir reçu une deuxième dose du vaccin contre la COVID-19. Deux semaines après avoir reçu le vaccin de Moderna, Antonietta Pollice aurait reçu une dose de celui de Pfizer-BioNTech, selon sa fille.

La résidente temporaire du CHSLD Joseph-François-Perrault est atteinte de démence et n'a pas compris quel vaccin elle recevait, explique sa fille, Patrizia Di Biase. Elle se dit choquée et bouleversée qu’une telle confusion ait pu se produire.

Comment est-ce que ça a pu arriver? Ça arrive, des erreurs, mais ce n'est pas une petite erreur.

Une citation de :Patrizia Di Biase

Sa mère aurait reçu une dose du vaccin de Moderna le 7 janvier au CHSLD Herron, mais l’établissement a été fermé. Antonietta Pollice a donc été transférée temporairement au CHSLD Joseph-François-Perrault le 11 janvier.

C’est le personnel du CHSLD qui l'a appelée vendredi pour l'informer que sa mère avait accidentellement reçu une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech. Une situation qu’elle juge inacceptable.

C'est arrivé et nous ne pouvons pas revenir en arrière pour ma mère, mais il faut que tout le monde sache ce qui est arrivé pour éviter que ça se reproduise.

Une citation de :Patrizia Di Biase
La famille d'Antonietta Pollice.

La famille d'Antonietta Pollice est inquiète de l'impact qu'auront les deux doses différentes de vaccin contre la COVID-19 sur son corps.

Photo : Patrizia Di Biase

Québec a pris la décision à la mi-janvier d'administrer la première dose du vaccin contre la COVID-19 au plus grand nombre de personnes possible, ce qui retardera le moment de recevoir la deuxième dose pour les groupes prioritaires.

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal a pris connaissance de la situation et enquête, selon sa porte-parole Valérie Lafleur. Mais si l’erreur rapportée par Patrizia Di Biase s’avère véridique, dit-elle, l'équipe médicale du CHSLD, la santé publique et une équipe de prévention et de contrôle des infections passeront rigoureusement en revue ce qui s’est passé.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Interchanger les vaccins contre la COVID-19

Patrizia Di Biase est inquiète des conséquences qu'aura l'inoculation de deux vaccins différents pour sa mère.

Le Comité consultatif canadien de l'immunisation recommande de terminer la série de vaccins avec le même vaccin contre la COVID-19, sauf dans des situations très spécifiques et improbables. Les homologues américains et anglais partagent ces recommandations.

Donald Vinh regarde un échantillon analysé par une chercheuse de son équipe.

Le Dr Donald Vinh, du Centre universitaire de santé McGill, travaille présentement auprès de patients atteints de la COVID-19 à l’Hôpital de Lachine.

Photo : Radio-Canada / Thomas Christopherson

Actuellement, aucune donnée sur l'interchangeabilité des vaccins contre la COVID-19 n'existe, selon Santé Canada. Le microbiologiste-infectiologue au Centre universitaire de santé McGill Donald Vinh admet qu’il y a très peu d'informations à ce sujet.

Il n'y a pas de données pour déterminer si c'est efficace ou non. Mais plusieurs experts en immunologie ont l’impression qu'il est acceptable d’interchanger les vaccins à ARN.

Une citation de :Donald Vinh, microbiologiste-infectiologue au Centre universitaire de santé McGill

Une opinion que partage Jörg Fritz, professeur agrégé au département de microbiologie et d'immunologie de l'Université McGill à Montréal. Il pense donc que, malgré le manque de données pour l’instant, il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

Les deux vaccins ont été approuvés et ont subi des tests rigoureux. Une telle confusion ne devrait pas survenir, admet-il, mais je ne pense pas qu’il y aura de graves conséquences.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !