•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles secondaires francophones homogènes : le CSF repousse son échéancier

Un plan concret devra être présenté d'ici à la fin décembre 2021.

Trois jeunes sont attablés et équipés de papier, crayons feutres et d'un ordinateur portable.

Le forum Fusion initié par le Conseil scolaire francophone permet aux jeunes des écoles du secondaire du CSF de se réunir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des débats houleux ont eu lieu, samedi matin, au sujet de l’échéancier du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) pour convertir ses écoles secondaires dites hétérogènes en écoles homogènes, c'est-à-dire des écoles complètement francophones.

L'administration du CSF a expliqué que l'échéancier de septembre 2021 était très serré, et qu'il se sentait les mains liées.

J’avais demandé un mot aussi qui n'est pas apparu, qui était de la flexibilité, a précisé Michel St-Amant, directeur général du CSF.

Selon le plan actuel, le CSF n'avait qu'au 1er septembre de cette année pour faire en sorte que tous les élèves inscrits en 8e année commencent leur école secondaire entièrement en français.

Une séance de consultations en région à ce sujet a débuté, mais a été mise en veilleuse à la suite de nombreuses inquiétudes des parents.

Des familles déplorent le fait qu'en enlevant leurs enfants des écoles dites hétérogènes, donc jumelées à des écoles anglophones, ils aient moins accès à une diversité de programmes scolaires et parascolaires.

Marge de manoeuvre

13 personnes sont connectées virtuellement sur un écran d'ordinateur et ont toutes une petite fenêtre où elles apparaissent.

Les conseillers scolaires de la Colombie-Britannique se sont rencontrés samedi 23 janvier pour discuter, entre autres, du projet d'écoles secondaires homogènes.

Photo : Radio-Canada / William Burr

Certains conseillers étaient d’accord d'accorder plus de marge de manœuvre au Conseil scolaire pour gérer cette transition. Ça change le fait que ce n’est plus nécessairement la dernière année qu'il y a des enfants qui peuvent entrer en programme hétérogène, explique la conseillère Marie-Christine Claveau.

Et l'on parle ne pas que de huit communautés, on parle de toutes les communautés, avec des plans concrets.

Marie-Christine Claveau, conseillère CSF

Le conseiller Roger Lagacé a ajouté qu’il était d’avis que le CSF allait perdre la grande majorité des élèves de 8e année si les écoles hétérogènes fermaient en septembre. Par conséquent, il faut donner au directeur général une certaine flexibilité, croit-il.

Urgence francophone

D'autres conseillers ont insisté sur l'urgence de l'élargissement de l'enseignement en français qui ne peut attendre.

La conseillère Marie-Pierre Lavoie s'est fortement opposée à un échéancier repoussé : Notre mandat, c'est la 1re à 12e année en français. L'année prochaine, c'est censé être un niveau de plus dans toutes ces écoles-là. Je ne comprends pas pourquoi on parle encore de ça!

Ça n'a ni queue ni tête que le système francophone ne puisse pas offrir autant sinon plus de cours que l'immersion.

Marie-Pierre Lavoie, conseillère CSF

Plus de temps

Au cours de la rencontre, plusieurs parents ont partagé leur déception et leur questionnement sur la page Facebook du CSF (Nouvelle fenêtre).

Au terme des débats, le Conseil scolaire francophone a remporté davantage de temps pour aller de l’avant avec sa transition vers des écoles francophones homogènes.

Un plan concret de mise en place devra être présenté d’ici à la fin décembre 2021. Cela donnera plus de temps au CSF pour répondre aux inquiétudes des parents.

D’après des informations de William Burr

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !