•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Fransaskoise raconte son expérience en Chine pendant la pandémie

Une jeune femme sourit à la caméra.

Rachèle Paquet était enseignante d'anglais dans la capitale chinoise. (Archives)

Photo : Fournie par Rachèle Paquet

Radio-Canada

La Fransaskoise Rachèle Paquet raconte son expérience vécue à Pékin lorsque la COVID-19 avait atteint la capitale chinoise, en mars dernier.

Radio-Canada lui avait parlé à cette période, lorsqu'elle était en quarantaine à Pékin, là où elle enseignait l’anglais depuis plus d’un an. La Fransaskoise avait fait le choix d’y retourner pour voir une dernière fois ses élèves.

Malheureusement, avec la Chine en plein épicentre de la pandémie, les écoles sont restées fermées durant son séjour en Chine. Un séjour qui fut écourté lorsque le Canada a demandé à ses ressortissants de revenir au pays.

Malgré cela, elle ne regrette pas d’être repartie à Pékin lorsqu’il en était encore possible.

Je suis heureuse des décisions que j’ai prises et d’être partie lorsque j'ai pu parce qu’un mois plus tard, les vols étaient à plus de $4000 pour un aller simple.

Rachèle Paquet, fransaskoise

Après son retour, la jeune femme a repris ses études pour devenir enseignante dans son pays d’origine. Elle est actuellement installée à Calgary, en Alberta, depuis le mois de septembre, mais les voyages lui manquent déjà.

Un avenir incertain

Rachèle Paquet n’a pas seulement quitté ses élèves lors de son départ de Chine en mars 2020, elle y a aussi laissé des amis.

Une de ses anciennes colocataires, qui est toujours sur place et avec qui elle garde contact depuis le Canada, lui raconte ses voyages à travers le pays.

Ils n’ont pas l’air d’avoir complètement éradiqué le virus, mais leur manière de le gérer fait que les personnes qui ne sont pas potentiellement infectées peuvent toujours bouger.

Une classe avec des jeunes enfants et une enseignante.

La jeune femme a quitté Pékin en mars 2020 alors que la Chine était l'épicentre de la pandémie.

Photo : Fournie par Rachèle Paquet

De son côté, Rachèle ne voit pas de retour à une vie normale de si peu et pense que la vie en ligne restera une norme encore plusieurs mois.

Elle continue d'ailleurs d’enseigner l’anglais à des étudiants chinois, mais cette fois-ci à travers son ordinateur.

Avec les informations de Charles Le Bourgeois et Jean-Baptiste Demouy

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !