•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du régime parental : des Québécois réclament leur part

Québec a augmenté les prestations, mais le congé doit avoir débuté après le 27 septembre.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une femme enceinte tient son ventre.

Le reportage de Kassandra Nadeau

Photo : iStock

Kassandra Nadeau-Lamarche

Des parents dénoncent les critères du gouvernement qui les privent d'une bonification du Régime québécois d'assurance parentale (RQAP), mis en place durant la pandémie. La raison : leur congé a commencé trop tôt. Ils réclament un changement pour élargir l'accès.

En septembre dernier, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a bonifié le RQAP pour soutenir les parents pendant la pandémie. Les nouveaux parents admissibles ont droit à une prestation minimale de 500 dollars par semaine.

Toutefois, cette bonification temporaire est accessible seulement à ceux qui ont reçu leurs premières prestations entre le 27 septembre dernier et le 25 septembre prochain.

Le ministre en conférence de presse.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

À quelques jours d’être admissible

Audrey St-Germain a donné naissance à sa quatrième fille l’automne dernier. Ses prestations du RQAP ont débuté le 20 septembre, soit une semaine avant la date butoir.

Audrey St-Germain entourée de ses quatre filles.

Audrey St-Germain est devenue maman d'une quatrième petite fille l'automne dernier.

Photo : Gracieuseté - Audrey St-Germain

La jeune mère aurait bien souhaité avoir accès à cette aide supplémentaire. Je vis de même pas 400 dollars par semaine, juste payer l'épicerie qui est rendue beaucoup plus élevée qu'avant la pandémie [...] Je vis les réalités aussi de la COVID, comme toutes les autres familles qui ont cette bonification-là, se désole-t-elle.

Pétition

De jeunes parents jugent que le choix de la date du 27 septembre est arbitraire et qu'elle pénalise ceux qui sont tombés en congé parental avant, même si leur revenu a baissé en raison de la pandémie.

Une pétition en ligne a été lancée par un petit groupe de parents et comptait samedi plus de 8000 signatures. Une des instigatrices, Marie-Eve Gagné, affirme que peu importe la date à laquelle les parents ont commencé à percevoir le RQAP, ils devraient tous être admissibles à la bonification, au moins à compter du 27 septembre.

Marie-Eve Gagné de haut avec son bébé.

Marie-Eve Gagné est une des instigatrices de la pétition.

Photo : Gracieuseté - Samuel Villeneuve

Le groupe a aussi reçu l’appui de Québec solidaire. Le porte-parole en matière de Travail, le député Alexandre Leduc, affirme que la décision du ministre Boulet est absurde et inéquitable. Ils auraient eu l'occasion d'être un peu plus généreux pour le RQAP québécois et d'aller étudier peut-être une autre date, une autre forme de prestation, mais certainement il y a eu un peu de paresse au niveau du ministre Boulet.

Pour expliquer l'accès à la bonification, le gouvernement de François Legault précise que la période visée est celle qui a été déterminée dans le cadre du programme mis en place par le fédéral pour aider les parents durant la pandémie.

Afin d’assurer un traitement équivalent, le gouvernement du Québec a ajusté temporairement ses prestations du RQAP et a appliqué les mêmes modalités que celles prévues à l’assurance-emploi, précise le Ministère.

Pour l'instant, le ministre du Travail, Jean Boulet, n'a pas l'intention de modifier les critères d'admissibilité. Le groupe a donc l'intention de déposer une pétition en bonne et due forme à l'Assemblée nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !