•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Certains singes volent des objets aux humains pour faire du troc, selon une étude

Deux singes, dont un qui tient des lunettes fumées dans ses mains.

Les macaques du temple Uluwatu, dans le sud de l'île de Bali, volent des objets aux touristes afin de convaincre ces derniers de leur donner de la nourriture en échange.

Photo : Jean-Baptiste Leca

Une étude menée par un chercheur de l’Université de Lethbridge, en Alberta, révèle que certains macaques à longue queue sont capables de prendre des décisions économiques rudimentaires.

L’étude de Jean-Baptiste Leca, professeur associé au département de psychologie de l’Université de Lethbridge, démontre que certains singes dérobent des objets aux êtres humains afin de faire du troc avec eux.

Les singes adultes ont appris à sélectionner préférentiellement des objets qui ont de la valeur pour les humains et qui sont plus susceptibles d’être échangés contre de la nourriture, explique Jean-Baptiste Leca, l’auteur principal de l'étude.

Jean-Baptiste Leca, devant un arbre aux larges feuilles.

Jean-Baptiste Leca, de l'Université de Lethbridge, étudie le comportement des primates.

Photo : Jean-Baptiste Leca

L’idée d’étudier ce type de comportement lui est venue en 2008, lorsque son superviseur de recherche, avec qui il étudiait les primates à Bali, en Indonésie, s’est fait voler ses lunettes de vue par un macaque au temple Uluwatu.

Le singe restait autour de nous. Un membre du personnel du temple s’est approché de nous et à ma grande surprise a commencé à s’engager dans un échange avec le singe. Le singe refusait certaines récompenses alimentaires, mais a fini par en accepter une et il lui a gentiment rendu les lunettes, raconte-t-il.

Le chercheur affirme que les macaques du temple Uluwatu ont également appris à évaluer la valeur de l’objet qu’ils ont en leur possession.

Ils sont capables de chercher activement à obtenir plus de nourriture ou leur nourriture préférée en échange d’un objet d’une plus grande valeur. S'ils ont un objet de moins grande valeur, ils vont accepter une récompense qu’ils aiment moins, explique-t-il.

Avancée pour la science

Jean-Baptiste Leca explique que son étude démontre que les singes acquièrent ces comportements par expérience et par observation, en plus de confirmer des observations faites en laboratoire.

On savait déjà que les singes macaques ont des capacités cognitives à la fois symboliques et computationnelles, pour penser de manière économique, explique-t-il.

Ce qui est nouveau, dans cette étude, c’est qu’on sait maintenant que ces comportements peuvent être exprimés chez des singes qui sont en liberté et deuxièmement que ce sont des comportements qui se transmettent socialement, précise-t-il.

Le chercheur ajoute que l’objectif de telles recherches est de mieux comprendre l’évolution des comportements humains.

Il espère pouvoir bientôt étudier l'influence des traits de personnalités des macaques sur leur capacité d’apprentissage et leur aptitude à entrer en relation avec les êtres humains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !